Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

'mega dairy'

19 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #Bovins

Dites non aux méga-laiteries

 

 

Les vaches dans les champs Belong était le nom de Compassion in World Farming campagne contre Dairies Nocton - Royaume-Uni le premier projet de méga-laitiers.

 

Le 9 Juin 2011, la campagne a été récompensée par le Prix d'observation Éthique de la militante de l'année. The campaign's success was only possible with widespread support nationally and from local campaign group, CAFFO. Le succès de la campagne était seulement possible avec un large soutien national et du groupe campagne locale, Caffo.

 . Le 16 Février 2011, après plus d'une année de campagne, la controverse et le débat public, Dairies Nocton a retiré son projet de 3700 de la vache du zéro-pâturage ferme à Nocton Heath dans les régions rurales Lincolnshire.

 

La raison officielle donnée pour le retrait d'une objection était très complet et très grave pour les plans de l'Agence de l'environnement. 

 Ces nouvelles a été suivie rapidement par une déclaration du Conseil de District du Nord Kesteven qu'il avait prévu de rejeter la laiterie de toute façon sur six points:

 

  1. Le fait que le demandeur d'évaluer pleinement les sites de développement alternatif qui présentaient moins de risques pour l'environnement

  2. Le risque inacceptable et significative à la qualité des eaux souterraines, y compris l'approvisionnement public en eau à proximité

  3. D'importantes incertitudes concernant les impacts et le contrôle des odeurs provenant de l'exploitation de la laiterie et terrains associés propagation, et ses effets sur équipement résidentiel

  4. On manque de précisions quant à la fréquence, le volume et la durée des bruits de fonctionnement, y compris des animaux, et ses effets sur équipement résidentiel

  5. Probables impacts négatifs et défavorables à Bardney site Limewoods d'intérêt scientifique particulier (SISP) et une série de sites faune locale à partir d'ammoniac a augmenté et les dépôts d'azote

  6. . Justification suffisante pour la construction de maisons sur place des travailleurs agricoles

http://www.ciwf.org.uk/cows_belong_in_fields/default.aspx

Lire la suite

Good Food March à Abbeville

17 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #Bovins

Lire la suite

des négociants payaient le lait entre 15,8 et 17,8 cents / litre

14 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Ukraine : Introduction d’un prix minimum pour le lait de ferme

 

  • Date : 10/10/2012
  • Source : DMW – septembre 2012
  • Contact : Service produits et filières alimentaires (PFA)
Résumé

L’Ukraine vient d’introduire un prix minimum de 21 cents / litre pour le lait cru produit sur les petites exploitations privées. Selon le gouvernement de Kiev, cette mesure vise à protéger les petits éleveurs, qui représentent ensemble 70% de la collecte nationale ukrainienne. Dans certaines régions, des négociants payaient le lait entre 15,8 et 17,8 cents / litre, ce qui n’est plus viable pour les petits producteurs.
http://www.ubifrance.fr/produits-laitiers/001B1205265A+ukraine-introduction-d-un-prix-minimum-pour-le-lait-de-ferme.html?SourceSiteMap=1022

Lire la suite

Synutra vient de signer un accord de partenariat avec le français Sodiaal

10 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Après Astérix, c’est au tour du groupe chinois Synotra de mettre un pied en Bretagne. Bien que cette société soit basée à Qingdao, le berceau d’une grande marque de bière, son activité tourne autour du lait et en particulier des produits pour enfants. Rare rescapée locale du scandale ayant frappé ce pays en 2008, Synutra vient de signer un accord de partenariat avec le français Sodiaal. Après de difficiles négociations et plusieurs reports, Synutra s’est engagé à investir 90 millions d’euros en vue de construire deux tours de séchage de lait et de production de lactoserum entrant dans la nutrition infantile. Si du côté français cet accord va permettre de reclasser tout ou partie des 100 employés d’une autre unité programmée pour être fermée en 2015, il ouvre à Synutra les portes d’un approvisionnement en matière première de qualité.
Dominé depuis 4 ans par des marques étrangères exportant leurs produits ou les fabriquant sur place sous contrôle, le marché du lait chinois s’avère des plus rentables en raison de prix de vente parmi les plus élevés au monde. Après le rejet en 2011 de l’offre chinoise de la part de Bright Food pour Yoplait, Synutra confirme le désir de la Chine de redresser la tête dans un secteur industriel durement éprouvé. Si l’aspect rentabilité est bien entendu une raison de cet accord, celui-ci n’aurait pu être conclu sans le feu vert des autorités chinoises qui voient là une occasion de freiner l’appétit financier de groupes tels Dumex et autres en créant un semblant de concurrence
Lire la suite

Les coopératives doivent fusionner pour rassembler leurs forces et diversifier leurs risques

10 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Lait excédentaire : quelles solutions ?


Les producteurs de lait s’inquiètent des problèmes de collecte dans certains bassins. Aux industriels de trouver des débouchés, clament-ils. Les industriels, eux, ne valorisent pas forcément bien tout le lait qu’ils collectent, ce qui peut leur causer des difficultés. « Le vrai souci pour les industriels, c’est que les éleveurs produisent des volumes dont ils n’ont pas besoin et ne savent pas quoi faire des excédents », expliquait récemment Jehan Moreau, directeur général de la Fnil à Agra alimentation. Dominique Chargé, président de la FNCL, déplore pour sa part l’incapacité structurelle des coopératives à trouver des débouchés bien valorisés et souligne qu’elles ne se sont pas assez reportées sur les poudres infantiles. La coopération, obligée de reprendre les laits abandonnés par certains transformateurs étrangers et suite à des défaillances notamment, a vu sa part de la collecte en France passer de 50 à 60 % sur les cinq dernières années. Une situation qui rend la nécessité de trouver des débouchés d’autant plus urgente. Au total, 1 milliard de litre de lait serait dans une situation de collecte précaire, dont 80 à 100 million dans une extrême précarité.

Tandis que les éleveurs plaident pour des solutions collectives (redistribution des quotas de producteurs qui se retirent par exemple), la Fnil rappelle que chaque entreprise est libre de gérer sa politique d’approvisionnements comme elle l’entend. Le tout dans un contexte de volatilité des prix (les marchés spots se sont effondrés au printemps) et d’incertitude sur les volumes liés à l’échéance de la fin de quotas. Certains cas concernent des entreprises liquidées ou en redressement judiciaire. D’autres sont davantage liés à la question du prix des marchés spots. La FNPL déplore le blocage avec Lactalis pour trouver des solutions collectives (et a saisi le médiateur sur la question de la baisse des prix). Lactalis, que nous avons contacté, ne nous a pas répondu. La Fnil estime pour sa part que le droit de la concurrence empêche justement de trouver des solutions collectives.

Quel est le risque de déprise et quelles peuvent être ses conséquences ?

Au-delà, la question porte sur l’après-quota. Pour la FNPL, certains producteurs pourraient être tentés de jeter l’éponge si la visibilité et la rémunération de leurs volumes de lait ne sont pas suffisantes. Elle met en garde contre le risque de déprise. « La politique court-termiste adoptée par certains industriels, qui consiste à s’approvisionner à bas prix sur le marché spot sans contractualiser quand c’est possible peut faire baisser le prix de la plaquette de beurre en GMS, mais ce n’est pas durable, estime André Bonnard. Cela part du postulat que les producteurs continueront à produire, or pour cela, il faut un environnement sécurisé ». Pour la coopération, tout le défi concerne la valorisation. « La collecte baisse mais il est trop tôt à ce jour pour dire si ces baisses seront alarmantes ou pas et le prix du lait devrait rester correct pour 2012», estime Dominique Chargé. La Fnil, elle, n’est pas inquiète. « La contractualisation permet aux industriels de gérer les volumes dont ils auront besoin, explique Jehan Moreau. Et si le lait venait à manquer chez leurs producteurs, il ne sera pas difficile de trouver de nouveaux éleveurs à collecter. » Une position que ne partagent pas tous les industriels.

L’incertitude pour les opérateurs du sud de la Loire

« Il n’y a pas d’installations de séchage dans nos bassins du sud de la Loire, seulement une usine de beurre. Le lait est vendu sous forme liquide en Espagne, en Italie, en France, alors que ça va mal sur ce marché. On estime la quantité de lait mal valorisé ou orphelin à 10 %. Au nord de la Loire, la question est de savoir quelle sera la hausse de collecte après la fin des quotas. Au sud, c’est l’incertitude, avec des prévisions totalement divergentes. Certaines études font état d’une baisse de 10 à 35 %. Dans ces conditions, comment investir pour transformer le lait que nous fournissions jusqu’à présent à Terra Lacta, qui a dénoncé le contrat ?, s’interroge Jean-Luc Dischamp. Même si nous adoptons une politique de double volume, le problème des débouchés demeure, avec la pression que cela induit pour les éleveurs du fait de prix très volatils. » Pour la FNPL, Dischamp a surtout peur de s’exposer au marché spot. En tout état de cause, la Fnil considère que deux scénarios sont possibles.

Restructurations ou intervention politique

« Soit il y aura des restructurations, soit les pouvoirs publics se saisissent du dossier s’ils veulent garder ces activités sur les territoires », indique Jehan Moreau. Les éleveurs et les coopératives veulent bien sûr préserver l’activité sur les territoires. « On observe une baisse de la collecte depuis plusieurs années au sud de la Loire, mais on ne sait pas du tout comment cela va évoluer », indique Dominique Chargé. André Bonnard s’interroge pour sa part sur Coralis et Terra Lacta (qui ont, comme Sodiaal, puis Lactalis, baissé le prix du lait). « Ces entreprises ont un problème de trop forte dépendance au lait de consommation. Au printemps, tous les opérateurs ont produit du lait UHT et la distribution n’a eu qu’à recueillir les fruits du combat qu’ils se sont livrés. La restructuration de la production de lait de consommation est inévitable. Même si Coralis investit dans une tour de séchage, la question de la volatilité restera centrale. Les éleveurs suivront-ils ? » Les coopératives doivent fusionner pour rassembler leurs forces et diversifier leurs risques. Au moins, sur ce point, tout le monde est d’accord.

 

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Gilles-Eric Séralini

21 Septembre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

Lire la suite

Maîtriser son coût alimentaire en élevage laitier

16 Septembre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #Bovins

Valoriser toute l’herbe disponible, source de protéines

Pour diminuer la dépendance aux protéines achetées, il est indispensable de valoriser toute l’herbe disponible. L’herbe pâturée est à mettre au menu des vaches le plus longtemps possible à l’automne. Quand la portance des sols et la pluviométrie le permettent, les parcelles accessibles doivent être utilisées avant la rentrée définitive à l’étable pour l’hiver. Faire pâturer à temps partiel (journée seulement) permet aussi des économies sans risque d’excès d’azote soluble.

L’herbe d’automne présente de très bonnes valeurs alimentaires :

• Graminées pures : 1 UFL, 110 g PDIN et 90 g PDIE (/kg MS) ;

• Mélange graminées-légumineuses : 1 UFL, 130 g PDIN et 100 g PDIE (/kg MS).

A titre de comparaison, l’ensilage de maïs titre 0,9 UFL, 45 g PDIN et 65 g PDIE (/kg MS).

La maximisation du pâturage avec une bonne herbe feuillue d’automne peut permettre des productions comprises entre 22 et 25 kg de lait/jour, quand la vache ne consomme que de l’herbe de qualité (16 à 18 kg MS ingérés/VL/j). Concrètement, 1 kg MS d’herbe ingérée entraine une économie de 250 à 350 g de tourteau de soja. L’ingestion de 4 kg MS d’herbe par jour permet donc de se passer d’environ 1 kg de correcteur azoté.

 

Implanter des couverts d’automne

Les couverts d’automne/hiver pour pâturer (colza fourrager, RGI, chicorée, trèfle d’Alexandrie) ou récolter (trèfle incarnat, avoine brésilienne…) peuvent également présenter un intérêt économique en période de prix élevé du correcteur azoté même si l’élevage n’est pas en déficit de fourrages.

 

 

Limiter l’apport de concentrés

viser un niveau azoté de 95 à 100 g PDI/UFL

Le meilleur compromis entre les niveaux azoté et énergétique de la ration se situe autour de 95 à 100 g PDI/UFL. Cet équilibre permet une bonne valorisation des fourrages, notamment lorsque la ration est riche en ensilage de maïs. C’est également autour de ces valeurs que l’ingestion atteint son maximum : entre 20 et 25 kg MS/VL/j, si la ration est distribuée à volonté (5 % de refus consommables). Passer de 110 à 100 g PDI/UFL permet d’économiser 1,4 kg de tourteau de soja ou 2,2 kg de tourteau de colza par vache et par jour.

 

http://idele.fr/filieres/bovins-lait/publication/idelesolr/recommends/maitriser-son-cout-alimentaire-en-elevage-laitier-quelles-solutions.html

Lire la suite

filière pour l'assainissement non collectif regroupé

15 Septembre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #Lagunage

Réglementation

La réglementation française en vigueur distingue l'assainissement de petite capacité (moins de 20 Equivalent-Habitants), dont l'assainissement non collectif individuel (une seule habitation), réglementé par l'arrêté du 7 septembre 2009, de l'assainissement collectif ou non collectif regroupé pour plus de 20 EH, pour lequel il est demandé un rendement minimal d'épuration (arrêté du 22 juin 2007).

L'expérimentation réalisée avec le concours de l'Agence de l'Eau a permis de valider cette filière pour l'assainissement non collectif regroupé.

Pour l'assainissement individuel, cette filière est dérogatoire et doit obtenir l'accord des services locaux de contrôle de l'assainissement non collectif (SPANC*), sous garantie de résultat du concepteur. Alp'Epur garantit le fonctionnement du dispositif et le respect des normes de rejet, et s'engage par une convention établie avec le propriétaire et le SPANC*, à apporter toute modification nécessaire (y compris son remplacement à nos frais par une filière "réglementaire") pour que la filière donne des résultats conformes.

(*) SPANC : Service Public d' Assainissement Non Collectif. Ce service, obligatoire pour toutes les collectivités où sont présents des assainissements non collectifs, assure le contrôle de conception, d'exécution et d'entretien des installations d'assainissement non collectif.

 

http://www.alpepur.fr/reglementation.php

 

Petites collectivités :

 

Quelle filière de phyto-épuration choisir ?


Principe horizontalPrincipe vertical

Filière horizontale

Filière verticale

Comparatif en filière complète : Verticale à 2 étages ou Horizontale avec fosse

 

 

Lit horizontal avec fosse

Filtre vertical en 2 étages

Dénivelée entrée / sortie

0,10 m

4,5 m (2 m par étage) ou pompe de relevage

Surface plantée

5 à 6 m² / EH

2,3 m² / EH

Fréquence d'entretien

1 f / an : fauche des roseaux + desherbage

2 f / semaine : vannes + dégrillage + desherbage

Risque sanitaire

Pas de contact avec l'effluent

Effluent brut en aspersion : clôture obligatoire

Réseau de collecte

Séparatif

Unitaire possible

  • Le filtre vertical est plus compact mais nécessite une intervention régulière (2 fois par semaine). La dénivelée entrée / sortie d'une filière verticale à 2 étages est de 4,5m. Si la pente du terrain ne permet pas cette dénivelée, des pompes de relevage sont obligatoire. Le filtre vertical tolère un effluent unitaire après déversoir d'orage. Le dispositif traite des eaux brutes : il doit être clôturé. Les boues produites sont des résidus secs et compostables, à évacuer tous les 10 ans.
  • Le lit horizontal demande plus de place (5 à 6 m² de filtre planté). Mais il n'y a pas d'intervention particulière d'entretien, en dehors de la fauche annuelle des roseaux. La dénivelée entrée / sortie n'est que de 10 à 20 cm. Il n'y a donc pas besoin de pompes de relevage. Le réseau de collecte doit être séparatif. Les effluents doivent être prétraités par une fosse septique. Celle-ci est à vidanger tous les 4 ans environ.

Dans certains cas, les deux filières sont associées (1er étage vertical suivi d'un étage horizontal).

De 4 à 60 habitants :

La filière horizontale est parfaitement adaptée à l'assainissement non collectif, ou collectif de petite capacité. Dans cette gamme de traitement, on recherche une filière rustique (peu d'entretien), sans risque, et s'adaptant aux contraintes de terrain.

 

http://www.aucoeurdubeaujolais.fr/IMG/pdf/SPANC_expose_SATAA_CCRB_CC_02-2011-2.pdf   

 

http://www.arc-sud-bretagne.fr/sites/default/files/page/lien_4_FORMULAIRE%20_INSTALLATION_ANC.pdf   

 

http://www.cg71.fr/jahia/webdav/site/internet_cg71_v2/shared/03_missions/03_engagementdurable/03_Preservation_ressource_eau/ANC/Police%20du%20maire%202012.pdf   

 

http://www.siaep-auch-nord.fr/telecharger/documents/06102008091011334le_filtre_a_sable_vertical_draine.pdf   

 

http://www.graie.org/graie/graiedoc/doc_telech/RetoursEXP-filieresANC-V1-docdetravailevolutif-GRAIE.pdf   

 

http://assainissement.comprendrechoisir.com/comprendre/fosse-toutes-eaux   

 

http://www.calvados.fr/cms/accueil-calvados/actions-departement/bien-vivre-dans-le-calvados/cadre-de-vie-et-environnement/eau-et-assainissement/assainissement-non-collectif/les-techniques-filieres-traditionnelles-et-agreees

 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Synthese_dispositions_ANC_et_etat_d_avancement.pdf   

 

http://assainissement.developpement-durable.gouv.fr/recueil.php

Lire la suite