Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite agricole

Lire la suite

CHASSE AUX CORBEAUX

26 Juin 2013 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Lire la suite

Entre sécheresses et scandales, razzia mondiale sur les laits en poudre

14 Avril 2013 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Cette razzia sur le lait disponible, sur fond réel de baisse de la collecte mondiale, va finir par poser problème.

"Au-delà de 3.000 euros la tonne, on rentre dans une zone problématique", prévient Gérard You. Certains pays comme le Nigeria ou l'Algérie, risquent ne pas pouvoir suivre. Et dans toute l'Asie, on peut craindre de se mettre à manquer.

 

Le prix du lait repart à la hausse sur le marché mondial suite à une forte sécheresse chez les principaux exportateurs. Au point d'inquiéter l'Asie et surtout la Chine et d'alimenter de petits trafics de boîtes de lait pour bébé.

 

 

 

 

Photographe : :: Une vendeuse dispose des boîtes de lait en poudre en rayons photo : AFP

Le manque d'herbe pour alimenter les vaches néo-zélandaises va se payer cher dans le biberon car les vertes collines australes exportent 90% de leur production.

Or à ce stade, la collecte de lait est en baisse de 7% environ depuis le début de l'année, indique l'économiste Gérard You, spécialiste des marchés laitiers à l'Institut de l'élevage à Paris: à la louche, estime-t-il, "il va manquer entre 3 et 5 millions de tonnes de lait" cette année dans le monde.

"Cinq pays ou régions assurent 80 à 85% des ventes mondiales: dans l'ordre, Nouvelle-Zélande, Union européenne, Etats-Unis, Australie et Argentine" explique l'expert. Or tous, pour des raisons climatiques ou de choix, connaissent des situations difficiles sur le premier trimestre 2013.

L'Argentine cumule des excès climatiques (sécheresse et pluies) alors qu'elle a converti certaines prairies à la culture, juteuse, du soja. L'UE aussi voit sa collecte baisser - malgré les difficultés des éleveurs français à obtenir des hausses de prix

 

http://actu.orange.fr/economie/entre-secheresses-et-scandales-razzia-mondiale-sur-les-laits-en-poudre-afp_1589364.html?rnd=4091215171

 

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/calvados-isigny-poudre-lait-rend-euphorique-12-04-2013-93419?utm_source=rss&utm_medium=ofentreprise&utm_campaign=rss_info_toute  

 

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/legris-industries-veut-creer-rennes-centre-dessai-08-04-2013-92447 

 

http://www.clextral.com/blog/?p=1308&lang=fr   

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

EMB 100 000 producteurs

29 Novembre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Lire la suite
Lire la suite

relation entre l’agriculteur-adhérent et sa coopérative

23 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Les déterminants de la fidélité des adhérents de coopératives agricoles

Numero de revue : 314 Année de publication : 2009

Auteurs : Valérie Barraud-Didier, Marie-Christine Henninger

La relation entre l’agriculteur-adhérent et sa coopérative semble avoir changé de nature. Les adhérents de première génération adhéraient à la coopérative locale et pour la totalité de leur production. Aujourd’hui, ils adoptent des comportements beaucoup plus opportunistes et, bien qu’adhérents d’une coopérative, n’hésitent pas à rechercher l’offre la plus avantageuse. Ce comportement de l’adhérent est d’autant plus fréquent dans le secteur approvisionnement-céréales, caractérisé par un accroissement de la volatilité des prix des matières premières. Les dirigeants de coopératives agricoles doivent donc être capables de retenir leurs adhérents. Cet article montre que la fidélité de l’agriculteur à sa coopérative dépend certes de caractéristiques individuelles ou liées à son exploitation agricole, mais aussi de variables psychologiques sur lesquelles les dirigeants peuvent agir : l’implication de l’agriculteur et la confiance qu’il témoigne à l’équipe dirigeante.

 

 

 

Les dirigeants de coopératives agricoles doivent donc être capables de retenir leurs adhérents

 

 

 

Lire la suite

des négociants payaient le lait entre 15,8 et 17,8 cents / litre

14 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Ukraine : Introduction d’un prix minimum pour le lait de ferme

 

  • Date : 10/10/2012
  • Source : DMW – septembre 2012
  • Contact : Service produits et filières alimentaires (PFA)
Résumé

L’Ukraine vient d’introduire un prix minimum de 21 cents / litre pour le lait cru produit sur les petites exploitations privées. Selon le gouvernement de Kiev, cette mesure vise à protéger les petits éleveurs, qui représentent ensemble 70% de la collecte nationale ukrainienne. Dans certaines régions, des négociants payaient le lait entre 15,8 et 17,8 cents / litre, ce qui n’est plus viable pour les petits producteurs.
http://www.ubifrance.fr/produits-laitiers/001B1205265A+ukraine-introduction-d-un-prix-minimum-pour-le-lait-de-ferme.html?SourceSiteMap=1022

Lire la suite

Synutra vient de signer un accord de partenariat avec le français Sodiaal

10 Octobre 2012 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Après Astérix, c’est au tour du groupe chinois Synotra de mettre un pied en Bretagne. Bien que cette société soit basée à Qingdao, le berceau d’une grande marque de bière, son activité tourne autour du lait et en particulier des produits pour enfants. Rare rescapée locale du scandale ayant frappé ce pays en 2008, Synutra vient de signer un accord de partenariat avec le français Sodiaal. Après de difficiles négociations et plusieurs reports, Synutra s’est engagé à investir 90 millions d’euros en vue de construire deux tours de séchage de lait et de production de lactoserum entrant dans la nutrition infantile. Si du côté français cet accord va permettre de reclasser tout ou partie des 100 employés d’une autre unité programmée pour être fermée en 2015, il ouvre à Synutra les portes d’un approvisionnement en matière première de qualité.
Dominé depuis 4 ans par des marques étrangères exportant leurs produits ou les fabriquant sur place sous contrôle, le marché du lait chinois s’avère des plus rentables en raison de prix de vente parmi les plus élevés au monde. Après le rejet en 2011 de l’offre chinoise de la part de Bright Food pour Yoplait, Synutra confirme le désir de la Chine de redresser la tête dans un secteur industriel durement éprouvé. Si l’aspect rentabilité est bien entendu une raison de cet accord, celui-ci n’aurait pu être conclu sans le feu vert des autorités chinoises qui voient là une occasion de freiner l’appétit financier de groupes tels Dumex et autres en créant un semblant de concurrence
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>