Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sucrerie de fontaine le dun

14 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Entreprises

Lire la suite

Pourquoi Ineos rachète l’usine française de Smart, à Hambach ?

13 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Matériel

Lire la suite

Bientôt un 4x4 Ineos Grenadier à hydrogène avec Hyundai ?

13 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Matériel

Hyundai et le groupe pétrochimique INEOS ont annoncé ce lundi 23 novembre la signature d'un protocole d'accord dédié à l’hydrogène. Parmi les projets évoqués figure l’utilisation d’une pile à combustible à bord du 4x4 Grenadier d’INEOS.
 
Hyundai et INEOS étudieront conjointement les opportunités de production et de fourniture d'hydrogène ainsi que le déploiement mondial d'applications et de technologies liées à l'hydrogène. "Dans un premier temps, les deux entreprises chercheront à faciliter les projets des secteurs publics et privés axés sur le développement d'une chaîne de valeur de l'hydrogène en Europe" fait savoir le communiqué commun des deux partenaires.
 
L'accord comprend également l'équipement de la pile à combustible de Hyundai sur le 4x4 Grenadier d’INEOS à des fins d’évaluation de la technologie.
 
« Le passage d'INEOS vers le développement d'un véhicule électrique à pile à combustible et d’un écosystème à hydrogène marque une nouvelle étape vers un transport durable et propre », a déclaré Saehoon Kim, Senior Vice-President et Directeur du centre de piles à combustible chez Hyundai Motor Company. « Hyundai pense que cela permettra d'offrir une importante option à faible émission de carbone pour un large éventail de secteurs. Nous espérons également que notre expertise de plusieurs décennies dans le domaine des piles à hydrogène fonctionnera en synergie avec l'expertise d'INEOS dans le domaine de la chimie pour réaliser la production en série d'un hydrogène vert et de piles à combustible pour le Grenadier ».
 
Peter Williams, Directeur Technologique d'INEOS, a déclaré : « L'accord entre INEOS et Hyundai offre aux deux entreprises de nouvelles opportunités pour étendre leur rôle de leader dans l'économie de l’hydrogène propre. L'évaluation des nouveaux processus de production, de technologies et des applications, combinées à nos capacités existantes, nous place dans une position unique pour répondre à la demande émergente de sources d'énergie abordables et à faible émission de carbone et aux besoins exigeants des futurs propriétaires de 4x4 »

Lire la suite

John Deere et Deutz vont développer un moteur commun

13 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Matériel

John Deere Power Systems (JDPS) et Deutz AG, en tant que motoristes ont décidé d’unir leurs forces et collaborer sur la construction d’un nouveau moteur allant jusqu’à 130 kW (soit 176 ch).

Ensemble, les deux partenaires apporteront différentes aptitudes et compétences et développeront un moteur qui devra garantir fiabilité, polyvalence et performances tout en offrant un très bon rapport qualité-prix. « En fin de compte, cela se traduira par une valeur ajoutée pour les clients. » commente un communiqué de presse. Le moteur de base sera personnalisé par chaque motoriste à l’aide de ses propres logiciels et éléments de contrôle afin de répondre aux besoins respectifs de ses clients. Les moteurs seront produits et commercialisés indépendamment par John Deere et Deutz.

« Le fait que John Deere ait choisi Deutz comme partenaire avec lequel travailler sur ce projet de moteur commun confirme notre forte position sur le marché des solutions non routières« , souligne le PDG de Deutz, Dr. Frank Hiller et ajoute: « Cette coopération est une étape importante en termes de construction d’une relation commerciale entre nos deux entreprises. Nous sommes très heureux de travailler avec un leader du secteur comme John Deere et de créer une forte valeur pour nos clients.« 

Lire la suite

Publié depuis Overblog

12 Décembre 2020 , Rédigé par jr

Lire la suite

cours du blé

12 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #actualité agricole

Chicago: le blé soutenu par de possibles taxes à l'exportation russes

Le cours du blé, dopé par une contraction des stocks mondiaux et par de possibles taxes à l'exportation de la part de la Russie, a terminé en forte hausse ce vendredi à Chicago, entraînant les autres céréales.

 
 
PUBLICITÉ

«Jeudi, le rapport Wasde sur les stocks a surpris les marchés en annonçant des stocks mondiaux de blé en baisse à l'issue de la campagne, ce qui a soutenu les cours», a indiqué Jason Roose, président d'US Commodities. Un autre facteur a pesé dans la hausse des prix avec «les rumeurs que la Russie se prépare à imposer des taxes à l'exportation» sur la céréale. «Il n'est pas clair pour quelles raisons ils imposent ces taxes car leur production devrait augmenter», a ajouté l'expert. «Mais quand vous êtes le premier exportateur mondial, vous n'avez pas vraiment besoin de raison. Avec l'inflation du prix, le blé qu'ils ont vaut bien plus. Ca marche!», a-t-il encore commenté.

Lors d'une conférence virtuelle mercredi, le président russe a enjoint le gouvernement de son pays à prendre des mesures pour juguler la hausse des prix de plusieurs aliments, dont le pain. Vladimir Poutine a notamment suggéré de limiter l'an prochain les exportations de blé russe, un des produits phares que Moscou écoule à l'étranger, afin de protéger le marché intérieur.

130.000 tonnes de tourteaux de soja

Le blé a conclu en hausse sa troisième séance d'affilée et progressé de plus de 3%. Le rapport américain a aussi montré une révision des stocks mondiaux de maïs et dans une moindre mesure du soja, aidant les cours mais les courtiers gardent aussi à l'oeil la météorologie à venir en Amérique du Sud, à un moment critique pour les récoltes. «Les cours promettent d'être volatils pour le soja et le maïs au cours des deux mois à venir», a affirmé Jason Roose.

Par ailleurs, le ministère américain de l'Agriculture a annoncé une commande à l'exportation de 130.000 tonnes de tourteaux de soja vers les Philippines. Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars, le plus actif, a terminé à 6,1450 dollars contre 5,9650 dollars, grimpant de 3,02%. Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a fini à 4,2350 dollars contre 4,2125 dollars la veille, en progrès de 0,53%. Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier, le plus échangé, a terminé à 11,6050 dollars contre 11,5275 dollars à la dernière clôture, gagnant 0,67%.

 
 
Lire la suite

premier tracteur électrique autonome au monde

11 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Matériel

Lire la suite

De la pulpe de betteraves pour compléter mes fourrages

11 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Bovins

Pourquoi avez-vous décidé d'acheter de la pulpe de betterave deshydratée ?

Depuis un mois, le niveau de production attendue sur le troupeau était insuffisant. La production moyenne tournait autour de 26 kg par vache. Notre quota nous permet d’avoir pour objectif 30 kg par vache. D’où notre réflexion pour explorer les pistes pouvant faire monter la production. D’autre part, l’autre point faible était la santé des animaux en début de lactation. Malgré un soin plus important apporté à la ration des taries, les animaux démarraient faiblement en lait (30 kg au lieu de 35 kg en moyenne habituellement) et se fragilisaient avec les conséquences habituelles (acétonémie et mammites). J’ai également remarqué sur les fraiches vêlées des taux butyreux très élevés, la moyenne des TB des vaches entre 0-100 jours de lactation étant d’ailleurs à 44 g/kg.

 

Témoignage éleveur : de la pulpe de betterave pour corriger mes fourrages 2012 | FIDOCL Conseil Elevage

Lire la suite

méthanisation pulpe de betteraves

11 Décembre 2020 , Rédigé par jr

Résumé Avec la fin des quotas sucre le 1er octobre 2017, les exploitations betteravières se retrouvent exposées aux aléas du marché du sucre. Un des moyens envisagés afin de les rendre plus résilientes et de stabiliser leurs revenus est leur diversification dans l’activité de méthanisation. L’objectif de cette étude a été d’évaluer la rentabilité de l’utilisation de la betterave et/ou ses coproduits, en comparaison des produits utilisés actuellement en méthanisation. Les rentabilités ont ainsi été évaluées pour l’utilisation : des feuilles de betteraves, de la pulpe de betterave surpressée, de la betterave entière (en cas de surproduction notamment) et de betteraves en culture intermédiaire (betteraves CIVE). Ces rentabilités ont été comparées à celles des cultures CIVE habituellement utilisées. Le contexte de l’étude Rappel de la règlementation Il est rappelé que selon le décret du 7 juillet 2016 du code de l’environnement Article D 543-291, une culture principale est la culture d'une parcelle qui est : - soit présente le plus longtemps sur un cycle annuel, -soit identifiable entre le 15 juin et le 15 septembre sur la parcelle, en place ou par ses restes, -soit commercialisée sous contrat. Et une culture intermédiaire est une culture qui est semée et récoltée entre deux cultures principales. Selon l’article D. 543-292, les installations de méthanisation peuvent être approvisionnées par des cultures alimentaires ou énergétiques, cultivées à titre de culture principale, dans une proportion maximale de 15 % du tonnage brut total des intrants par année civile… Il résulte de ces textes que la betterave entière issue d’une culture principale, même si elle résulte d’un excédent de production, est limitée en tonnage, mais également en tarif de rachat de l’électricité produite du fait de la perte de la prime déchets agricoles et agroalimentaires. 4/10 FICHE DE SYNTHESE D’ETUDES Tarifs de rachat En zone betteravière, le développement des installations de méthanisation est principalement orienté vers l’injection dans les réseaux de gaz plutôt que vers la cogénération. La raison principale est la difficulté de valorisation de la chaleur, qui sans cela ne permet pas d’assurer la rentabilité des projets. Le tableau ci-après donne les tarifs de rachat du biométhane injecté dans les réseaux selon l’arrêté du 23 novembre 2011. Pour les méthaniseurs agricoles, le tarif optimum est celui qui inclue la prime déchets agricoles et agroalimentaires. Investissement A partir des données provenant d’installations de méthanisation en service, les relations entre les variables investissement, volume de biogaz injecté et tonnages de matière sèche ont été estimées, voir tableau ci-dessous. y = 35775x - 794856 R² = 0,5827 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 - € 2 000 000 € 4 000 000 € 6 000 000 € 8 000 000 € 10 000 000 € 12 000 000 € 14 000 000 € 16 000 000 € 0 50 100 150 200 250 300 350 400 tonnes Nm3 de CH4 Estimation des investissements en fonction du volume d'injection & tonnage de matière sèche nécessaire Investissement Volume de MS en tonne à 290Nm3/t 5/10

 

METHANISATION (artb-france.com)

Lire la suite

méthanisation

10 Décembre 2020 , Rédigé par jr Publié dans #Bovins

En 2019, Cristal Union a travaillé à l’élaboration de sa feuille de route « Décarbonation », qui vise à réduire progressivement l’utilisation de gaz naturel d'origine fossile. Plusieurs solutions sont à l'étude. L'une d'elle, qui consiste à produire du bio gaz, est en test sur le site de Fontaine-le-Dun via la méthanisation des eaux de betteraves

Un méthaniseur de type UASB a été construit en 2018 et 2019 à Fontaine-le-Dun pour traiter les eaux de process de la sucrerie. Mis en service le 17 Octobre 2019, ce nouveau méthaniseur élimine ainsi 25 tonnes de DCO par jour. Le biogaz produit alimente une chaudière dédiée qui fournit 5 tonnes/h de vapeur aux installations thermiques de la sucrerie.

Mise en service lors de la campagne 2019, les résultats démontrent la performance et la pertinence de l’installation qui produit près de 7 % des besoins en gaz de la sucrerie. Les émissions de gaz à effet de serre sont réduites d’autant. Le nouveau réseau d’épandage permettra, à terme, l’épandage de 2 400 ha répartis sur 15 communes autour de l’usine.

La nouvelle installation de méthanisation démarrée en 2019 permet de valoriser les eaux terreuses de sucrerie en biogaz. Ce biogaz est utilisé, en substitution de gaz naturel d'origine fossile, par une chaudière qui produit la vapeur nécessaire à la transformation des betteraves. Un nouveau réseau d'épandage permet en outre aux agriculteurs alentours de bénéficier de l'eau épurée pour irriguer leurs parcelles

Réussite du projet de méthanisation sur le site de Fontaine-le-Dun En 2019, Fontaine-le-Dun a démarré une nouvelle installation de méthanisation. À la croisée entre l’économie circulaire, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'adaptation aux changements climatiques, cette installation a démarré avec succès pour la campagne 2019.

Cap sur la décarbonation

Cristal Union souligne sa santé financière, qu’illustre un faible ratio d’endettement à 0,37 avec une dette nette de 409 ME (contre 490 ME). Cela lui permet de poursuivre une «stratégique industrielle offensive», marquée par 65 ME d’investissements en 2019-2020. Après la restructuration de l’outil, symbolisée par la fermeture des sucreries de Toury (Eure-et-Loir) et de Bourdon (Puy-de-Dôme), Cristal Union se consacre à la décarbonation. Il s’agit notamment de développer la méthanisation à partir des coproduits de la betterave pour produire du biogaz, des intrants organiques. Toutes les usines sont concernées, en particulier celles d’Arcis-sur-Aube, Sainte-Émilie et même Toury, en voie de démontage. Deux sont déjà équipées pour la production de biogaz, à Fontaine-le-Dun (Seine-Maritime)

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>