Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sante nutrition

FCO : un collectif pour « le droit à la non-vaccination »

29 Janvier 2009 , Rédigé par jr Publié dans #Santé Nutrition

jeudi 29 janvier 2009

Groupement des agrobiologistes
FCO : un collectif pour « le droit à la non-vaccination »

Dans un communiqué, le Groupement des agrobiologistes de la Côte-d'Or (GAB 21) informe : « Un arrêté ministériel rend obligatoire la vaccination contre les sérotypes 1 et 8 de la Fièvre catarrhale ovine (FCO). Cependant, qu'ils soient en élevage biologique ou non, face à la FCO, nombreux sont les éleveurs qui préfèrent privilégier et stimuler l'immunité naturelle de leurs animaux plutôt que d'avoir recours à la vaccination. En effet, la FCO sous la forme du sérotype 8 est présente sur notre territoire depuis 2 ans et beaucoup d'animaux de nos élevages ont su développer leur protection par le biais de leurs anticorps. C'est pourquoi, le mercredi 21 janvier, le GAB21 proposait une réunion à Pouilly-en-Auxois aux éleveurs qui avaient fait le choix de ne pas vacciner en 2008. À l'issue de la matinée, une vingtaine d'éleveurs ont décidé de constituer un collectif pour revendiquer la liberté de choisir des méthodes et protocoles de prévention et de médecines alternatives qui ont fait leurs preuves dans beaucoup d'élevages depuis 2 ans. Rappelons que cette maladie est vectorielle, non contagieuse et non transmissible à l'homme, elle affecte la faune sauvage qui se comporte comme un réservoir non-contrôlable. Ensuite, il existe à ce jour 24 sérotypes différents pouvant d'une façon ou d'une autre atteindre rapidement notre territoire. De plus les vaccins proposés précipitamment ne réunissent pas toutes les garantis d'efficacités et d'absence d'effets secondaires, ils ne disposent en effet que d'une Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU). Pour toutes ces raisons, l'obligation de vacciner ne semble pas être la solution pour tous les éleveurs réunis à Pouilly. Contrairement à d'autres épizooties, le collectif, sachant que la non-vaccination n'aura pas de conséquences sur les cheptels avoisinants, sans s'opposer à la vaccination, réclame tout simplement la liberté de choisir. »

Lire la suite

Du lait en self service Doudeville

27 Janvier 2009 , Rédigé par jr Publié dans #Santé Nutrition

Du lait en self service Doudeville - kewego
Du bon lait frais sorti tout droit du pie de la vache et vendu en self-service dans un distributeur de lait.... C'est l'idée mise en pratique par deux frères du pays de Caux. L'occasion de redécouvrir le vrai goût du lait, celui de l'enfance.

www.seinemaritime.tv
Lire la suite

Normandie

27 Janvier 2009 , Rédigé par jr Publié dans #Santé Nutrition

samedi 24 janvier 2009
Lait cru : Isigny et Lactalis signent l'armistice

Chez Isigny comme chez Lactalis, on croit à nouveau au camembert au lait cru. : Archives « Ouest-France »/Jérôme Fouquet

La coopérative laitière d'Isigny ¯ Sainte-Mère et Lactalis reprennent le chemin du camembert de Normandie. Au lait cru. Qui l'eut cru ?

La coopérative laitière d'Isigny ¯ Sainte-Mère et le groupe Lactalis parlent de revenir de plain-pied dans le circuit du véritable camembert de Normandie au lait cru. Claude Granjon, le directeur adjoint de la coopérative d'Isigny, explique avec franchise : « Nous avions quitté l'AOC camembert au lait cru, pour des raisons uniquement sanitaires et la mort dans l'âme. Cette AOC est fondatrice de notre histoire au même titre que celles de nos beurres et crèmes. » Depuis avril 2007, la coopérative avait toutefois reçu un bon accueil de ses camemberts, microfiltrés, « aux laits de fermes sélectionnées ».

 

Pour revenir au lait cru, elle buttait sur la détection de la redoutable listeria eschericia coli 026. « Nous avons investi dans une machine à analyses sophistiquée. Elle nous permet de procéder à des vérifications quotidiennes, des citernes et des séries de lots de camemberts, pour détecter la présence de ces germes pathogènes. »

Recommandationsaux femmes enceintes

Sur un fichier de cent élevages de race normande, la coopérative en a sélectionné cinquante. La moitié approvisionne les nouvelles fabrications. L'autre moitié reste en réserve en cas de pépin. « Sous notre marque, dès le 1er avril, nous proposerons des camemberts Appellation d'origine protégée (AOP) au lait cru dans les rayons à la coupe des grandes surfaces. Chez les crémiers, nous créons un « super-médaillon AOP », au lait cru. » Et par obsession sécuritaire, Claude Granjon conclut : « Nous apposerons sur l'étiquette des recommandations à destination des femmes enceintes, des très jeunes enfants et des personnes âgées. »

Lactalis est dans une autre démarche. Deux ateliers de petite taille, Jort et Moulin de Carel (Calvados) ont toujours continué leurs fabrications de camembert au lait cru de Normandie. Ils n'ont jamais quitté le giron de l'AOP. En revanche les deux marques Lepetit, de Saint-Maclou (Calvados), et Lanquetot à Orbec, ont abandonné le lait cru en 2007 ? Conséquence : en décembre l'usine de Saint-Maclou a mis la clé sous la porte. Si « rien n'est encore décidé, comme le souligne Luc Morelon, directeur de la communication de Lactalis, le groupe envisage de relancer la fabrication au lait cru, via notamment, la marque distributeur de Leclerc. »

 

François LEMARCHAND
Lire la suite
<< < 1 2 3 4