Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

personnages

Lire la suite

Videos dairyman060

14 Janvier 2012 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

Lire la suite

Jean Amadou, une voix s'est éteinte

24 Octobre 2011 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

Lire la suite

Sylvie Sainte Beuve

28 Septembre 2011 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

Lire la suite

Jacques Attali

20 Juin 2011 , Rédigé par jr Publié dans #personnages


Lire la suite

Gérard Le Puill

5 Juin 2011 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

 

Présentation de l'éditeur

La flambée des prix alimentaires constatée
à partir de l'été 2007 souligne l'urgence d'une gestion nouvelle des ressources
agricoles de la planète. Car le XXIe siècle sera celui de la rareté de l'eau,
des risques climatiques majeurs, de l'épuisement des matières premières
énergétiques, alors que les besoins alimentaires vont continuer de croître. La
France dispose encore d'une des meilleures agricultures du monde, diversifiée et
forte du savoir faire de ses paysans. Ce livre montre à quel point les
consommateurs et les agriculteurs français ont désormais des intérêts communs.
Le pouvoir d'achat des premiers comme les revenus des seconds sont menacés par
les effets pervers et perturbateurs d'un marché mondialisé, dominé par la
spéculation sur quelques matières premières agricoles. Soucieux de voir la
France préserver les nombreux atouts de son agriculture, l'auteur en appelle aux
décideurs politiques. Ces derniers doivent rapidement reprendre en main le
pilotage des dossiers agricoles qu'ils ont trop longtemps confié à des
technocrates incompétents et irresponsables, tant à la Commission européenne
qu'à l'Organisation mondiale du commerce. Sinon, gare à la catastrophe !

Biographie de l'auteur

Né en 1941 en Bretagne, Gérard Le Puill a
été successivement aide familial agricole sur la ferme de ses parents, puis
ouvrier d'usine en région parisienne avant de débuter dans le journalisme en
1983 en charge des dossiers agricoles à L'Humanité. Désormais retraité, il
collabore à plusieurs publications dont L'Humanité, L'Humanité Dimanche,
l'hebdomadaire agricole et rural La Terre ainsi que Vie Nouvelle le magazine
bimestriel de l'Union confédérale des retraités CGT. Gérard Le Puill fut le
lauréat du Grand prix du journalisme agricole en 1998.

Gérard Le Puill nous a fait l’honneur de sa présence le mercredi 29 mars dans le cadre d’une rencontre autour de son nouvel ouvrage « Bientôt nous aurons faim ! » qui paraîtra en avril prochain ! L’auteur a également réalisé une interview pour le journal Ouest-France, dont le numéro paraîtra le 14 avril prochain. Ce fut également l’occasion de rencontrer certains intéressés par l’ouvrage et les propos de l’auteur !

 

Lire la suite

A Lyon, un irréductible paysan soigne son petit coin de campagne intra muros

11 Mai 2011 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

 Photo prise le 27 avril 2011 dans le 9e arrondissement de Lyon d’une partie de la ferme de Louis-Pierre Perraud, le dernier paysan de Lyon
Des montagnes de cagettes qui s’empilent dans la cour, un tracteur flambant neuf, des poules, des moutons, des champs et des arbres fruitiers: la ferme de Louis-Pierre Perraud, dernier paysan de Lyon, nous ferait presque oublier qu’on est en ville.
A 48 ans, l’irréductible « Pierrot » se réveille chaque matin au chant du coq pour gérer seul son exploitation, six hectares de verdure nichés dans le 9ème arrondissement de Lyon dont il écoule désormais toute la production en vente directe.
« Ma famille loue cette ferme depuis 1896. Je suis né ici. A 14 ans, mon père m’a envoyé labourer, et je suis resté », confie ce grand gaillard au regard malicieux, en contemplant ses poiriers centenaires.
 Louis-Pierre Perraud, le dernier paysan de Lyon pose dans son exploitation, le 27 avril 2011 dans le 9e arrondissement de Lyon
 Du matin au soir, été comme hiver, il s’affaire en bottes et bleu de travail, une casquette éternellement vissée sur la tête.
« Aujourd’hui, la ferme se porte bien, grâce à son emplacement. Ma chance, c’est d’avoir la clientèle sur place », sourit M. Perraud, qui se « repose seulement le dimanche après-midi ». Deux soirs par semaine, il ouvre les portes de sa ferme aux clients, qu’il retrouve aussi sur des marchés locaux.
Parmi eux, on croise des « habitués » de longue date mais aussi « de plus en plus de jeunes familles » ravies d’acheter directement au producteur des produits frais et « made in Lyon », des courges aux cardons en passant par les prunes, les pêches et le jus de pomme de la ferme.
Souvent, l’agriculteur « n’arrive plus à fournir la demande », comme pour les oeufs frais, ou encore pour les cerises et les fraises: « je n’ai pas le temps d’en ramasser assez », regrette-t-il.
  »Grâce à la ferme, on se nourrit sainement, au rythme des saison. C’est une chance d’avoir ça en ville », témoigne Annie Labrousse, professeur d’anglais qui y achète ses fruits et légumes « depuis 28 ans ». Ici, on se tutoie facilement, on arrive à pied, à vélo ou en voiture, avec ou sans enfants, en short ou en costume-cravate. Pas de label « bio », mais une « agriculture raisonnée », explique Pierrot.
« C’est convivial et souvent bien moins cher qu’au supermarché, ça compte », glisse Thierry Giraud, un père de famille habitant le quartier. « On sent que c’est cultivé avec amour, c’est pour ça que c’est bon! », lance un autre habitué.
Pour le maire écologiste du 9ème arrondissement, Alain Giordano, l’existence de cette ferme atypique est « une aubaine quand on prône les circuits courts ». En 2009, l’élu a ouvert un nouveau marché « articulé autour de M. Perraud » dans le quartier de Saint-Rambert, où se trouve la ferme.
Aux visiteurs, ce dernier est fier de montrer son quad équipé d’une remorque: « je suis tout seul mais je suis à fond! », s’exclame le fermier intra muros.
Dans ce petit coin de campagne en pleine agglomération, il se sent un peu « rescapé ». « Dans les années 1960, il y avait plusieurs fermes ici, mais tous les autres terrains ont été vendus ».
Les propriétaires de la dernière ferme de Lyon, eux, ont préféré préserver cette dernière coûte que coûte. Pour résister aux pressions des promoteurs immobiliers, ils ont même fait classer ce terrain constructible en « zone agricole » dans les années 1980 et se sont mis « en indivision à plus d’une trentaine ».
M. Perraud, qui n’a pas d’enfant, réfléchit à s’associer dès maintenant avec une personne plus jeune qui pourrait prendre un jour la relève.
« Mais de toute façon, je continuerai à travailler, même quand je serai à la retraite! », promet l’infatigable Pierrot.
Lire la suite
Lire la suite

HUBERT "DE LA HAULE" : "BRIC-À-BRAC" Ep. 4-2

16 Juillet 2010 , Rédigé par jr Publié dans #personnages

Lire la suite
<< < 1 2