Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samuel Génissel, un jeune agriculteur normand

25 Septembre 2010 , Rédigé par jr Publié dans #Environnement

Suite à la parution de l’article intitulé ‘Réduire la consommation de pesticides c’est possible’ nous avons reçu de nombreux commentaires de Samuel Génissel, un jeune agriculteur normand.

Nous en avons publié 2 mais j’ai souhaité publié le 3ème sous forme d’article car il témoigne des difficultés que peut rencontrer un jeune agriculteur pour diminuer sa consommation de pesticides. Je lui cède la parole :

Génissel Samuel, 31 ans

Je suis installé depuis sept ans en Normandie, sur une ferme laitière et céréalière. Je possède 45 vaches Normandes pour 260 000 litre de lait. Les mâles sont finis en boeuf, les femelles renouvellent les vaches soit 130 bovins à l’année (car les femelles et les boeufs sont élevés sur 30-36 mois).

La surface que je valorise est de 113 Ha avec 73 ha de culture (blé, 30Ha – maïs, 13,5 ha – orge, 12 Ha – tournesol, 10 Ha – luzerne, 8 Ha), 38 ha en prairies ainsi que 2 ha de verger pomme à cidre. J’ai un Bac s option écologie et un BTS Acse et fait des stages en Irlande et aux Pays Bas.

Dès mon installation, après un traitement contre le piétain-verse (1) j’ai eu envie de vomir, alors j’ai arrêté. L’année suivante Arvalis (2) déconseillait l’usage systématique de ce traitement, de rigueur à l’époque. Cela m’a rassuré alors j’ai repris le traitement en diminuant les quantités. J’avais déjà changé de pulvérisateur et le vendeur a conseillé de diminuer de 15% les doses car il était plus précis (le débit des buses se fait électroniquement et s’adapte à la vitesse). En même temps j’ai arrêté les insecticides aériens, j’ai aussi arrété le raccourcisseur sur le blé grâce à un choix variétal et un décalage de l’apport d’azote

Mais pour ce faire il a fallu que je change mon assolement (3). J’ai remplacé les pois par de la luzerne et le colza par le tournesol. La luzerne se désherbe rarement, la fauche suffit pour l’instant. Donc avec 6 ans de recul, zéro traitement. Quant au tournesol il demande juste un ou deux désherbages, mais son rendement est moindre. Je ne traite pas contre les pucerons du blé, orge ou tournesol car les dégâts (en Normandie) ne justifient pas le traitement. Le colza et les pois demandent au moins 3 insecticides et 2 désherbants et au moins un fongicide, pour rendre correctement. Il vaut mieux choisir des variétés un peu plus rustiques plutôt qu’un rendement qu’on n’atteint jamais.

De manière à valoriser les désherbants et fongicides (donc de diminuer les doses de 15 %), le mieux c’est d’avoir des hygrométries de 80% pour que la plante les absorbe (il y en a qui traitent le matin moi avec la traite je préfère le soir, donc pas de film ou internet au printemps). Le premier fongicide pourrait être remplacé par une sorte de vaccin à base d’algue. Je ne le fais pas encore. D’autres types de fongicides limitent de 20 à 30% la pression fongicide tout en apportant un engrais foliaire (j’essaye mais c’est cher).

J’ai deux points plus compliqués. Le premier concerne le traitement de semences contre les insectes qui les mangent. On peut le limiter sérieusement mais pas sur toutes les cultures de la rotation.

Le deuxième point ce sont les désherbants. Il faut maintenir la pression car si on laisse germer des chardons, des rumex des gaillets, des folles avoines on en a pour cinq ans à traiter plus ou à laisser le champ s’envahir.

Au final c’est plus de boulot (faut être réactif au temps, au vent, à la température, à l’hygrométrie) pour le même prix de vente.

Les labos vont gérés les fongicides et peut-être les insecticides (pièges) avec des composés naturels s’il y a de l’argent à ce faire. Mais honnêtement si il y a une chose pour laquelle je ne serai pas bio (avec le soin sur mes vaches. 2 interventions c’est trop peu. J’ai trop de parasites et maladies présentes) c’est arrêter de désherber. Les champs ce salissent très vite. Mes voisins bio laissent leurs champs se salir. Les éleveurs qui ont peu de céréales font le tour avec un sécateur et coupent les adventices (mauvaises herbes à notre production, car très envahissantes) à 5 personnes pour dix hectares. Hormis des immigrés personnes ne fera ce boulot et le coût de la main d’œuvre ne permet pas à mes voisins de le faire (hormis les éleveurs laits bio en grosses structures avec peu de céréales).

Mais dans le sud c’est plus facile car la pluviométrie plus faible limite les adventices (et les rendements) et le développement des parasites et maladies.

Par contre, réduire les produits phytosanitaires pourraient permettre comme pour les antibiotiques de limiter les résistances. Mes voisins ont des résistances à l’isoproturon (vieux désherbant blé) mais pas moi.

La lutte intégrée est dix fois plus complexes que mes pratiques. Il ne suffit pas d’arrêter de traiter. Il faut une connaissance très technique du milieu et des végétaux choisis comme la bande enherbée ou les haies le long des parcelles.

Je m’impose mes objectifs mais honnêtement j’aurai du mal à dire : faite comme moi, pour ce qu’on y gagne (économiquement). Mais il reste beaucoup de pistes à valoriser. On n’exploite aucunement les phéromones, les répulsifs limaces (validés en AB), ou l’utilisation de bactéries (non modifiés) comme parasites de certains insectes, voire la maladie cryptogamique. Avec un peu moins de généticiens et un peu plus d’écologue/agronome, la transition serait plus facile.

Honnêtement si vous voulez une agriculture écologique, faut vraiment commencer par l’exception alimentaire qui protégera autant les pays du sud que du Nord. Lula (4) et Chirac (ce n’est pas partisan) l’on déjà proposé car le meilleur moyen de garantir des pratiques plus écologistes c’est de maintenir une économie durable et un maximum d’acteurs agricole (de paysans). Car plus on a d’espace à gérer plus on simplifie le système, moins il est écologique.

(1) Maladie fongique des céréales (NDLR)

(2) ARVALIS-Institut du végétal, Institut de recherche appliquée en agriculture, met au point et diffuse des informations et des techniques permettant aux producteurs de céréales à paille (blé, orge, avoine, triticale, seigle, sorgho …), de protéagineux (pois, féverole, lupin), de pomme de terre, de maïs et de fourrages, de s’adapter à l’évolution des marchés agro-alimentaires et de rester compétitifs au plan international, tout en respectant l’environnement (NDLR)

(3) Rotation des cultures (NDLR)

(4) Président de la république du Brésil (NDLR)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jabi 11/05/2011 15:38


Bravo à toi pour ton intelligence et ta détermination,merci pour ta passion qui sert l'avenir,merci de penser et merci pour ta culture et tes galipettes verbales des gens comme toi il en faudrait
pas énormément pour faire avancer (un peu) les choses,ça me touche l'impliquation quand elle est aussi belle.chapeau.


sauvee mickael 16/12/2010 18:32


Bonjour je t ai lu samuel et je te felicite.Mais je sais qu on ne vi pa d amour et d eau fraiche mais je pense que si tes methodes poluent moins continue faut pas penser toujours rendement et
benefices.


Génissel Samuel 03/10/2010 17:20


Je suis un râleur (faut de tout pour faire un monde), mais c'est bien qu'il y est aussi un blog plus souriant et apaisé sur l'agriculture. Faire avec, plutôt que contre c'est trés difficile, alors
je vous souhaite de trouver le temps et les sources, pour mélanger et partager ce regard.


Génissel Samuel 01/10/2010 23:09


De mémoire (on doute toujours de soi) c'était pas terrible, mais à me relire, ça va.
On est très, très, très, mal parti, notre ministre, nous a écouté un mois, aprés il est allé aux states et malgré le coût pour le contribuable ricain du marché à terme lait (2 fois le budget PAC
lait pour deux fois moins de lait produit), malgré la spéculation sur les matières premières, je rappelle que la spéculation n'offre aucune valeur ajouté, même un publicitaire en offre en précisant
l'image d'un produit, là rien, aucune contrepartie, que ce soit en temps, le prêt est un contrat avec une durée et ou en profit, une planification des dividendes, les intérêts) et bas oui on aura
notre marché à terme de la poudre, contre la fédé, contre l'apli, on va pouvoir jouer avec notre travail contre nous et contre le consommateur.
Normalement, à cette lecture, le défenseur du système néolibéral, ce rebiffe et nous oppose le communisme, tout ou rien, l'état doit tout contre l'état doit rien, le bien contre le mal, comme si
les rapports humains étaient aussi simpliste que les idées.
J'en ai marre d'être coupable (comme tout le monde, sortons de notre taf, même s'il est plus qu'un taf), on pollue (tous),on exploite (le pétrole, les chiliens, les chinois), on est pas heureux (on
essaye quand même) et au mins les religions passés (intégristes certes) offraient un paradis, le libéralisme, rien, on est juste coupable, de ne pas consommer ou trop, de ne pas investir ou trop,
de ne pas être compétitif, alors que les pays qui le sont on moins de social (pour avoir été en Allemagne dernièrement, un paysan en poulet avec un enfant trisomique, démerdez vous), je sais
qu'avant l'Europe développait les pays moins riches, pour qu'ils soient aussi riche que nous, l'Espagne le Portugal, l'Italie, l'Irlande et au fur est à mesure les sales ritals, les sales portos ne
mangeaient plus le pain des français mais devenaient des partenaires, c'étaient imparfait, mais de la à niveler le niveau de vie à celui des chinois, en endettant nos enfants.....
Si je sauve ma ferme (à terme), je vais quand même un laisser des plumes (social), pour qui?