Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
blog de jean-rené.maurouard

« Ils ne respectent pas leurs engagements »

14 Juin 2010 , Rédigé par jr Publié dans #Actua Lait

 

Re: La guerre autour du prix du lait se durcit

Messagede virginie le Lun 29 Mar 2010 16:42

La colère blanche

Image
Les producteurs laitiers appellent au boycott de certaines marques

AUMALE. Industriels, coopératives laitières et producteurs ne sont pas parvenus à s'entendre sur le prix du lait.

Ecœures, en colère… Les représentants régionaux des producteurs de lait faisaient grise mine au sortir des négociations interprofessionnelles, vendredi chez Labilait, à Aumale.
« Cet échec met en exergue les difficultés de l'interprofession et m'inquiète pour l'avenir… », confiait Manuel Gavelle, porte-parole des producteurs laitiers de Haute-Normandie. Les représentants des groupes industriels laitiers tels que Danone, Senoble, Lactalis, la CLHN (Coopérative laitière de Haute-Normandie) et des producteurs se sont retrouvés autour d'une table ronde, afin de discuter du prix du lait pour le second trimestre 2010.

« Ils ne respectent pas leurs engagements »
« Nous avons conclu un accord en juin 2009, nous demandons qu'il soit respecté : que le prix du lait augmente de 15 € pour 1 000 litres. Mais les industriels refusent, certains ont seulement cédé pour le mois d'avril, déclare Jocelyn Pesqueux, président de la section laitière 76. La situation est dramatique pour certains. 2009 a été une année difficile, les revenus ont été divisés par deux… Sur 3 500 producteurs en Seine-Maritime, 460 ont fait une demande de RSA, soit plus de 10 %. En face, on a des groupes comme Bongrain qui a vu son bénéfice augmenter de 27 % ou comme Lactalis qui rachète la deuxième entreprise laitière d'Espagne et cherche à racheter des laiteries partout en France. On ne peut pas dire que c'est symptomatique d'une situation financière difficile. » Didier Lefèbvre, président de l'interprofession explique : « Les industriels considèrent qu'il y a un décalage avec l'Allemagne qui est en position concurrentielle meilleure. Cela implique des pertes de marchés pour les industriels français qui demandent que soit prise en compte la concurrence de l'Allemagne dans le calcul du prix. »

 

http://fd80.fnsea.fr/sites/d80/Actions_et_revendications/2008/Communication/crsiedulait_note_1_.pdf

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article