Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
blog de jean-rené.maurouard

Articles avec #pac tag

des agriculteurs qui produisent des légumineuses fourragères pour un éleveur

24 Décembre 2014 , Rédigé par jr Publié dans #pac

Lire la suite

MAEC système polyculture élevage, en Normandie

20 Décembre 2014 , Rédigé par jr Publié dans #pac

~Cette MAE semble bien correspondre aux enjeux de la région. Son cahier des charges ressemble à celui de la SFEI (Systèmes fourrager économies en Intrants) mais serait davantage accessible

~Le recul de l’élevage sur la plus grande partie du territoire (carte) permet à la région Basse- Normandie de proposer à Bruxelles dans la version 3 du PDR d’ouvrir cette MAE sur l’ensemble du territoire régional. Les choix de zonage ne sont pas aussi détaillés dans le document hautnormand

~~2. La stratégie agro-environnementale en Haute-Normandie Les MAEC 2014-2020 seront mises en œuvre dans les zones à enjeux environnementaux définies dans le PDR haut-normand (mesure 10). 5 enjeux ont été retenus dans le cadre de la stratégie agro- environnementale sur le territoire haut-normand, il s’agit de : - la gestion et l’érosion des sols, - la biodiversité, - les zones humides, - l’eau, - et de façon transversal, les gaz à effet de serre. Il est à noter que ces zones à enjeux environnementaux, les zones d’actions prioritaires, sont en cours de délimitation définitive au niveau régional. Les MAEC de la mesure 10.1 du PDR seront mises en œuvre uniquement dans le cadre de projets agro-environnementaux et climatiques (PAEC). Le PAEC est un projet dont la finalité est de maintenir les pratiques agricoles ou encourager les changements de pratiques nécessaires pour répondre aux enjeux agro-environnementaux identifiés sur le territoire selon les orientations de la stratégie régionale. Les PAEC sont portés par des opérateurs locaux, maîtres d’ouvrage du projet. Un opérateur agroenvironnemental est obligatoire pour la mise en œuvre de tous les dispositifs de MAEC qu’ils visent les systèmes d’exploitation ou qu’ils répondent à un enjeu localisé

~~9 sept. 2014 - Campagne 2015. Mesures Agro-Environnementales et climatiques (MAEC) ... Au sein du PDR haut-normand

Lire la suite

maec polyculture elevage

14 Avril 2014 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

~~Réforme de la PAC - La FRSEA et les JA du Limousin demandent un Plan bâtiment fort et une MAE dirigée sur la finition Abonnez-vous  Réagir  Imprimer  Envoyer Dans le cadre d'une réunion entre la profession agricole et la Région Limousin, nouveau gestionnaire du second pilier de la PAC, Jeunes Agriculteurs et la FRSEA du Limousin ont demandé le respect des engagements pris pour une agriculture tournée vers la finition et l'installation des jeunes. Le nouveau programme de développement rural régional, mis en oeuvre dès 2015, encadrera les actions en faveur de l'agriculture limousine pour les 6 ans à venir. Pour atteindre nos objectifs, des mesures phares ont été proposées : un plan bâtiment et des aides à l'investissement significatifs et une MAEC1 tournée vers la finition des animaux. Encore faut-il que ces mesures soient accessibles pour les agriculteurs et qu'elles soient dotées à des niveaux suffisants ! Pour la phase transitoire 2014, les dispositions prises laissent entrevoir la possibilité d'engager des dossiers d'investissements dès ce printemps avec les mêmes règles que par le passé (ancien PMBE² et Projet Global). FRSEA et JA s'en félicitent et demandent que la Région instruise ces dossiers au fil de l'eau tout au long de l'année. Sur le futur dispositif de soutien, le syndicalisme majoritaire souhaite un outil financier unique et simple pour tous. Il doit s'adresser à tous les éleveurs et agriculteurs professionnels sans distinction et garantir l'atteinte d'un socle de base de modernisation des exploitations. Cette aide à l'investissement doit aussi inciter à la finition des animaux et accompagner l'installation. Une attention particulière doit être portée aux projets collectifs. Enfin, la modernisation des exploitations limousines passe également par des aides au stockage de l'eau, à l'abreuvement et aux travaux hydrauliques nécessaires pour améliorer l'autonomie alimentaire et limiter les risques en cas d'aléas climatiques. Dès le mois de septembre, JA Limousin a relevé le défi de proposer une MAEC Finition viandes en autonomie alimentaire dans les zones herbagères. Aujourd'hui, cette proposition s'inscrit dans le cadre de la MAEC Polyculture-Elevage. Fruit d'une volonté professionnelle et donc adaptée aux besoins du terrain, elle permettrait de maintenir des systèmes vertueux aujourd'hui menacés. Selon les JA et la FRSEA, cette MAEC Polyculture élevage doit être la priorité en Limousin et doit être dotée d'une enveloppe suffisante pour atteindre le seuil des 1 000 contractualisations. Pour y parvenir, la profession doit être entendue dans la définition des critères figurant dans le cahier des charges et qui seront définitivement retenus. Nous attendons de la Région une réponse raisonnable et sensée concernant les Indices de Fréquence des Traitements ; ceux-ci doivent être techniquement atteignables et ne pas entraver l'adhésion à la mesure. Parce que le dynamisme de notre agriculture passe par un renouvellement des générations, il est indispensable de soutenir l'installation des jeunes. Nous ne doutons pas du soutien de la région Limousin pour le maintien et la création d'outils adaptés aux porteurs de projets agricoles sur le territoire régional. La présence de la mesure d'instruments d'ingénierie financière en est la preuve. Pour autant, nous demandons à la Région d'aller plus loin, au plus près des besoins des porteurs de projets, en ne négligeant pas l'accompagnement de ces futurs chefs d'entreprise. Les seuls fonds FEADER3 ne pouvant répondre à cet objectif, il est primordial que les autres fonds puissent être mobilisés. Ces fonds, qui visent à renforcer la cohésion économique, sociale et agricole en corrigeant les déséquilibres régionaux, doivent être complémentaires et optimisés. Nous demandons d'ouvrir, sur le FSE4, l'accompagnement à la création d'entreprise au secteur agricole, avant et après l'installation et donc d'allouer sur cet axe stratégique les crédits suffisants. 1- Mesure agro-environnementale et climatique 2- Plan de modernisation des bâtiments d'élevage 3- Fond européen agricole pour le développement rural 4- Fond social européen

http://www.normandie.chambagri.fr/iso_album/1404-second-pilier.pdf

Lire la suite

Xavier Beulin, François Hollande

7 Octobre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

Xavier Beulin (FNSEA) : « François Hollande a la volonté d’avoir une agriculture compétitive »

Nicolas TOUCHARD
04/10/2013 I Mise à jour : 16:43 I Commentaires 0 I Envoyer à un ami I Imprimer cet article
Partager sur Facebook

Selon Xavier Beulin, François Hollande a montré « la volonté d'avoir une agriculture compétitive et qui respecte la diversité des territoires ». Il a clairement affirmé, selon le président de la FNSEA, vouloir « conforter l'élevage, en mettant en place des mécanismes apportant des réponses durables pour permettre aux exploitants de rester performants et efficaces. »

Parmi les mesures évoquées, Xavier Beulin note le renforcement de l'ICHN (indemnité compensatrice de handicaps naturels) et de la PHAE (Prime herbagère) dès 2014. Autre aspect relevé, un plan de modernisation et d'investissement dans les bâtiments. Concernant la PAC, Xavier Beulin note surtout la possibilité de recouper les aides au taux maximum et ceci pour l'ensemble des ruminants, la convergence à 70 % seulement des aides et la progressivité appliquée au paiement redistributif, atteignant seulement 20 % en 2018 et non 30 % comme prévu initialement.

Lire la suite

les annonces de ce jour sur la Pac

1 Octobre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

   
François Hollande a annoncé une convergence des aides «progressive à partir de 2015» qui «atteindra 70%» en 2019. C’est-à-dire que chaque agriculteur devra toucher au moins 70% de la moyenne nationale par hectare, qui est aujourd’hui de 268 euros.
Les pertes liées à la mise en place de cette convergence seront plafonnées à 30% du montant des aides, a-t-il ajouté.
Il s’agit de mettre fin aux disparités et aux références historiques, certains agriculteurs touchant 375 euros à l’hectare quand d’autres reçoivent à peine 150 euros.
«J’ai choisi aussi de surdoter les 52 premiers hectares des exploitations», a ajouté le président, une proposition à laquelle s’opposait fermement la FNSEA, le syndicat majoritaire des agriculteurs.
Cette surdotation, ou «redistribution» de primes majorées aux premiers hectares, est destinée à soutenir les petites et moyennes exploitations, souvent riches en emploi   
     
Lire la suite

la majoration des premiers hectares : Cet outil peut freiner l’agrandissement

6 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

JA pour une PAC qui valorise les actifs

jeudi, 05 septembre 2013 15:20

 

L’accord politique obtenu en juin dernier sur la PAC va permettre à chaque état membre de mettre en place des dispositifs d’attribution des aides adaptés.

Avec les outils à disposition, il est possible de donner plus de sens aux aides, à condition d’en définir des modalités d’application justes. Aussi pour ne pas tomber dans les deux travers imaginables qui sont celui du statut quo et celui de l’éparpillement, le gouvernement devra faire des arbitrages courageux et ambitieux.

Jeunes Agriculteurs a tenu à rappeler lors de sa conférence de presse de rentrée qui a eu aujourd’hui certains choix nécessaires pour une PAC plus juste.

Avant tout, la prochaine PAC devra prendre en compte la majoration des premiers hectares afin de reconnaitre et valoriser tous les actifs exploitants et pas uniquement les hectares. Cet outil peut freiner l’agrandissement et la perte de valeur et ainsi conduire à un plus grand nombre d’emploi en agriculture. Mais nous posons des conditions sans lesquelles la mesure peut perdre toute son efficacité : exclusions des bénéficiaires non légitimes des aides et reconnaissance de tous les associés des GAEC. Dans le cas des autres sociétés, il faudra veiller à faciliter leur passage en GAEC.

JA souhaite l’abandon de l’historique des aides, que nous considérons comme un non sens : un jeune qui s’installe c’est d’abord un projet, une création d’entreprise, pas la gestion d’une rente. Avec la nécessité de renouveler les générations et la situation tendue pour certaines filières, nous devons mobiliser les bons mécanismes pour s’éloigner progressivement mais rapidement de cet historique au premier rang desquels une attribution forfaitaire du verdissement, qui aurait aussi le mérite d’être équitable sur tous les territoires (même contraintes, même montant).

Enfin, notre syndicat souhaite insister sur le besoin de garder des aides couplées afin de maintenir ou développer des filières qui sont aujourd’hui menacées. Nous proposons la mise en place d’aides couplées au maximum de l’enveloppe disponible et en majorité à destination de l’élevage ruminant avec des critères rénovés, ainsi que pour toutes les protéines végétales.

Retrouvez l’ensemble des thèmes qui ont été développés lors du point presse en pièce jointe "dossier de presse". 

 

http://www.jeunes-agriculteurs.fr/a-la-une-languedoc/item/739-conférence-de-rentrée-syndical

Lire la suite

la mise en œuvre française de la Pac

6 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

Jeunes Agriculteurs s’oppose à la FNSEA

Publié le jeudi 05 septembre 2013 - 17h40

 

 

  •  
@ FABIAN CHARAFFI ARCHIVE
@ FABIAN CHARAFFI ARCHIVE

Jeunes Agriculteurs (JA) s'oppose à la FNSEA sur l'orientation que doit prendre la mise en œuvre française de la Pac, actuellement en discussion.

 

Lors de leur conférence de rentrée, jeudi à Paris, les jeunes ont pris le contre-pied de leurs aînés en affirmant leur soutien au scénario le plus redistributif proposé par le ministère de l'Agriculture : « nous sommes favorables à un verdissement forfaitaire et à la revalorisation des aides sur les 52 premiers hectares, à condition de reconnaître les actifs agricoles », a résumé Jérôme Chapon, vice-président de JA.

 

Une posture qui ne devrait pas améliorer les relations entre les deux syndicats, que les bruits de couloir disent de plus en plus tendues... « Nos divergences ne nous empêchent pas de travailler ensemble, assure pourtant François Thabuis, président de JA. Ça marche comme ça dans un couple ! » Il reste que ces discordances touchent aussi les fédérations spécialisées de la grande maison, qui s'en tient pour l'instant à une position officielle proche du statu quo.

 

Le renouvellement des équipes nationales de la FNSEA et de JA, prévu en 2014, devrait être riche d'enseignements sur l'avenir de leur duo...

 

Distribution et installation

 

Outre la Pac, François Thabuis a indiqué que JA poursuivait ses réflexions, avec Coop de France et l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA), sur le développement d'un réseau de distribution de produits agricoles, alternatif à la grande distribution et géré par les producteurs. Un projet pilote à l'échelle régionale pourrait voir le jour courant 2014, en guise de test.

 

Concernant l'installation, qui reste sa « priorité », JA s'est fixé comme objectif d'atteindre les 10.000 installations aidées en 2014 (contre 5.260 en 2012). Le but étant d'accueillir l'ensemble les porteurs de projet de moins de 40 ans dans le dispositif d'accompagnement. Une ambition aussi grande que coûteuse. « On attend des Assises de l'installation qu'elles amènent plus de complémentarité entre les financements régionaux, nationaux et européens », a indiqué François Thabuis.

 

Ce dernier espère par ailleurs que le ministre de l'Agriculture saisira l'occasion de la 60e finale nationale de labour, organisée par JA du 20 au 22 septembre prochains à Ars-sur-Formans, dans l'Ain, pour préciser les avancées de ces Assises. La synthèse des travaux est impatiemment attendue depuis cet été.

 

 


En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/pac-2015-jeunes-agriculteurs-s-oppose-a-la-fnsea-76883.html#VRgSw0XRzeBifewI.99

Lire la suite

http://future.arte.tv/fr/sujet/adieu-veaux-vaches-cochons

20 Août 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

Avec 58 milliards d'euros par an, les subventions accordées à l'agriculture représentent le deuxième poste budgétaire le plus coûteux de l'Union européenne. Mais qui profite aujourd'hui de la politique agricole commune ? Enquête sur un système qui accumule les effets pervers.
Lire la suite

2,4 UTA / 100 ha en bovins lait à 1,1 UTA / 100 ha pour les grandes cultures

28 Juillet 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

 Réduction des écarts
 
Quelle que soit l’hypothèse retenue, les écarts d’aides vont se réduire. Pour une moyenne nationale de 268 € / ha en 2010, les élevages bovins laitiers au maïs atteignaient 375 € / ha contre 150 € / ha pour les ovins/caprins, les grandes cultures se situant à 300 € / ha (mais 265 € / ha dans les zones intermédiaires comme la Bourgogne, la Franche-Comté, la Lorraine et Poitou-Charentes), la polyculture élevage à 285 € / ha et les élevages bovins (lait, viande ou mixte) à l’herbe à 200 € / ha.
Quant à l’intensité de la main d’œuvre pour les bénéficiaires de la Pac que le ministre souhaite prendre en compte, elle est également sensiblement différente selon les types de production entre 2,4 UTA / 100 ha en bovins lait à 1,1 UTA / 100 ha pour les grandes cultures, la moyenne française s’établissant à 2,1 UTA / 100 ha.

 

http://www.fdsea80.fr/toutes-les-thematiques/pac-reglementation/aides-pac/articles/reforme-de-la-pac-les-quatre-scenarios-du-ministere-de-l-agriculture

 

http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/aides-pac-2015-la-fnsea-n-acceptera-pas-d-aller-au-dela-de-60-de-convergence-75521.html

Lire la suite

- Stéphane Le Foll. « Je fais clairement le choix de la polyculture-élevage »

16 Juillet 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

 

  •  
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, lors de l'interview avec Arielle Delest et Eric Maerten (La France Agicole). Photo : C. Faimali/GFA

En quoi cet accord sur la Pac redonne-t-il des perspectives aux agriculteurs ? Nous avons parlé d'agriculture à l'échelle de l'Union européenne. La place et le rôle de cette grande politique ont été gardés. C'est déjà un pas énorme pour lequel la France a pesé. Car le débat a débuté...


En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/stephane-le-foll-je-fais-clairement-le-choix-de-la-polyculture-elevage-interview-75041.html#TcuIHX8vqL3u4Hjd.99

Lire la suite
1 2 3 > >>