Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
blog de jean-rené.maurouard

RUSH

29 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #loisirs divers

Lire la suite

1000 vaches

29 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #1000 vaches

Lire la suite

E'Caux centre

25 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Prés de chez moi

Bio. Fermeture d'E’Caux Centre: à qui la faute ?

Publié le 26/08/2013 à 08H00

Auzebosc. E’Caux Centre, le temple du bio, vit ses derniers jours. La période de continuation d’activité touche à sa fin. Le 4 septembre prochain, les portes se refermeront. Chronique d’une mort annoncée.

Denis Langlois entouré de Julie Laquière et Christophe Félix,

Denis Langlois entouré de Julie Laquière et Christophe Félix,

 

E’Caux Centre, impasse Bidebeau. Pour qui n’est pas du coin, il faut faire preuve d’opiniâtreté pour trouver.
La future zone commerciale d’Auzebosc est en cours d’aménagement. Le bitume est fraîchement posé, le rond-point quasiment achevé, des lampadaires design n’attendent plus que d’éclairer le chaland. Un accès direct sur la nationale qui longe le site est prévu et pratiquement opérationnel. « Dommage… soupire Denis Langlois. Au moins, ces installations seront profitables aux enseignes qui viendront s’établir ici. Pour nous, il est trop tard. »
«Liquidation totale : -50 % pour les souscripteurs et -35 % pour les particuliers. » Un panneau situé à l’entrée du magasin en guise d’épilogue pour l’histoire d’E’Caux Centre, après une existence éphémère de quatorze mois. À quelques jours de la date fatidique du 4 septembre qui sonnera le glas de la structure bio, plus personne ne croit au miracle. « Il n’y a plus aucun espoir, c’est fini… » murmure Julie Laquière, l’une des deux employés. Pour Denis Langlois lui-même, président-directeur-général de la société coopérative d’intérêt collectif et éternel optimiste, la messe est dite : « Autant solder la marchandise et qu’elle profite aux amateurs. Nous ne savons pas ce que tout cela va devenir. »

Le chaînon manquant

Au commencement, Denis Langlois, les salariés, les souscripteurs, le conseil d’administration : tout le monde avait foi en l’idée. « Je n’étais pas seul à porter le projet », ponctue le PDG. Lancé par l’association Aneth, le principe était de mettre en œuvre un pôle régional de l’agriculture biologique et du commerce équitable. « Il y avait une réelle possibilité, regrette Denis Langlois. Avec l’amorce d’un développement de l’agriculture bio en Haute-Normandie, il fallait un maillon entre producteurs et consommateurs pour compléter la chaîne du bio. »

Les collectivités territoriales, elles aussi, ont répondu à l’annonce faite du « manger mieux, manger bio » : la communauté de communes, le conseil général et l’État ont contribué au denier du culte par leurs subventions.

Le chaos financier

Hélas pour E’Caux Centre, les quelques adeptes du bio présents dans la région n’ont pas suffi : « Notre chiffre d’affaires prévisionnel s’articulait autour de deux grands axes : les particuliers, pour lequel d’ailleurs les résultats ont été au-delà de nos espérances, et le secteur professionnel, notamment la restauration hors domicile (RHD), par exemple les cantines scolaires. » C’est ce dernier secteur, censé représenter deux tiers des rentrées d’argent, qui a péché. « Pourtant, le Grenelle de l’environnement visait 20 % de bio dans le menu des établissements publics pour 2012… » ironise Denis Langlois.

Ainsi, le bâtiment n’est pas encore construit que le chemin de croix commence. Tout commence par une mise en cessation de paiement dès septembre 2011 pour terminer les travaux et pouvoir payer les entreprises une fois les subventions versées. « Il y avait un million d’euros dehors », explique Denis Langlois.

Mais le redressement judiciaire n’arrange pas les affaires du centre. D’une part, les banques toutes-puissantes ne leur renouvellent pas les prêts-relais, d’autre part, la chapelle des marchés publics leur est définitivement close. « Connaissant notre situation, nos réponses aux appels d’offres se soldaient systématiquement par un refus », déplore le PDG.

Enfin, la Haute-Normandie était-elle prête à suivre l’apôtre du bio sur la voie de la rédemption ? « Les populations de nos régions sont très prudentes, avance Denis Langlois. Le Normand avance à tâtons. La culture du bio n’est pas encore entré dans les mentalités comme ailleurs, il y a trop de préjugés. » Le consommateur n’a, selon l’écologiste, pas encore conscience de l’impact des méthodes actuelles de production et leurs dangers pour la santé et l’environnement. Pourtant, il continue d’espérer : « S’il y a un repreneur et si le centre poursuit sa vocation, j’espère que cela marchera un jour. »
Un gâchis pour Denis Langlois qui y croyait vraiment.

 

 
Lire la suite
Lire la suite

souleveuse de lin

21 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Matériel

Lire la suite
Lire la suite

la majoration des premiers hectares : Cet outil peut freiner l’agrandissement

6 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

JA pour une PAC qui valorise les actifs

jeudi, 05 septembre 2013 15:20

 

L’accord politique obtenu en juin dernier sur la PAC va permettre à chaque état membre de mettre en place des dispositifs d’attribution des aides adaptés.

Avec les outils à disposition, il est possible de donner plus de sens aux aides, à condition d’en définir des modalités d’application justes. Aussi pour ne pas tomber dans les deux travers imaginables qui sont celui du statut quo et celui de l’éparpillement, le gouvernement devra faire des arbitrages courageux et ambitieux.

Jeunes Agriculteurs a tenu à rappeler lors de sa conférence de presse de rentrée qui a eu aujourd’hui certains choix nécessaires pour une PAC plus juste.

Avant tout, la prochaine PAC devra prendre en compte la majoration des premiers hectares afin de reconnaitre et valoriser tous les actifs exploitants et pas uniquement les hectares. Cet outil peut freiner l’agrandissement et la perte de valeur et ainsi conduire à un plus grand nombre d’emploi en agriculture. Mais nous posons des conditions sans lesquelles la mesure peut perdre toute son efficacité : exclusions des bénéficiaires non légitimes des aides et reconnaissance de tous les associés des GAEC. Dans le cas des autres sociétés, il faudra veiller à faciliter leur passage en GAEC.

JA souhaite l’abandon de l’historique des aides, que nous considérons comme un non sens : un jeune qui s’installe c’est d’abord un projet, une création d’entreprise, pas la gestion d’une rente. Avec la nécessité de renouveler les générations et la situation tendue pour certaines filières, nous devons mobiliser les bons mécanismes pour s’éloigner progressivement mais rapidement de cet historique au premier rang desquels une attribution forfaitaire du verdissement, qui aurait aussi le mérite d’être équitable sur tous les territoires (même contraintes, même montant).

Enfin, notre syndicat souhaite insister sur le besoin de garder des aides couplées afin de maintenir ou développer des filières qui sont aujourd’hui menacées. Nous proposons la mise en place d’aides couplées au maximum de l’enveloppe disponible et en majorité à destination de l’élevage ruminant avec des critères rénovés, ainsi que pour toutes les protéines végétales.

Retrouvez l’ensemble des thèmes qui ont été développés lors du point presse en pièce jointe "dossier de presse". 

 

http://www.jeunes-agriculteurs.fr/a-la-une-languedoc/item/739-conférence-de-rentrée-syndical

Lire la suite

la mise en œuvre française de la Pac

6 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Pac

Jeunes Agriculteurs s’oppose à la FNSEA

Publié le jeudi 05 septembre 2013 - 17h40

 

 

  •  
@ FABIAN CHARAFFI ARCHIVE
@ FABIAN CHARAFFI ARCHIVE

Jeunes Agriculteurs (JA) s'oppose à la FNSEA sur l'orientation que doit prendre la mise en œuvre française de la Pac, actuellement en discussion.

 

Lors de leur conférence de rentrée, jeudi à Paris, les jeunes ont pris le contre-pied de leurs aînés en affirmant leur soutien au scénario le plus redistributif proposé par le ministère de l'Agriculture : « nous sommes favorables à un verdissement forfaitaire et à la revalorisation des aides sur les 52 premiers hectares, à condition de reconnaître les actifs agricoles », a résumé Jérôme Chapon, vice-président de JA.

 

Une posture qui ne devrait pas améliorer les relations entre les deux syndicats, que les bruits de couloir disent de plus en plus tendues... « Nos divergences ne nous empêchent pas de travailler ensemble, assure pourtant François Thabuis, président de JA. Ça marche comme ça dans un couple ! » Il reste que ces discordances touchent aussi les fédérations spécialisées de la grande maison, qui s'en tient pour l'instant à une position officielle proche du statu quo.

 

Le renouvellement des équipes nationales de la FNSEA et de JA, prévu en 2014, devrait être riche d'enseignements sur l'avenir de leur duo...

 

Distribution et installation

 

Outre la Pac, François Thabuis a indiqué que JA poursuivait ses réflexions, avec Coop de France et l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA), sur le développement d'un réseau de distribution de produits agricoles, alternatif à la grande distribution et géré par les producteurs. Un projet pilote à l'échelle régionale pourrait voir le jour courant 2014, en guise de test.

 

Concernant l'installation, qui reste sa « priorité », JA s'est fixé comme objectif d'atteindre les 10.000 installations aidées en 2014 (contre 5.260 en 2012). Le but étant d'accueillir l'ensemble les porteurs de projet de moins de 40 ans dans le dispositif d'accompagnement. Une ambition aussi grande que coûteuse. « On attend des Assises de l'installation qu'elles amènent plus de complémentarité entre les financements régionaux, nationaux et européens », a indiqué François Thabuis.

 

Ce dernier espère par ailleurs que le ministre de l'Agriculture saisira l'occasion de la 60e finale nationale de labour, organisée par JA du 20 au 22 septembre prochains à Ars-sur-Formans, dans l'Ain, pour préciser les avancées de ces Assises. La synthèse des travaux est impatiemment attendue depuis cet été.

 

 


En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/pac-2015-jeunes-agriculteurs-s-oppose-a-la-fnsea-76883.html#VRgSw0XRzeBifewI.99

Lire la suite

TENDINITE Weleda Huile De Massage Arnica

4 Septembre 2013 , Rédigé par jr Publié dans #Santé Nutrition

Lire la suite