Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #suivi de la ferme tag

Désherbage de rattrapage du blé tendre

1 Avril 2013 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Avant 2 nœuds, les produits à base « d’hormones » sont généralement d’une meilleure efficacité sur plantes développées que les sulfonylurées et surtout que les produits de contact. Avant chaque application, il faut s’assurer que la date ou le stade d’application sont compatibles avec le délai avant récolte (DAR). Les spécialités à base « d’hormones » réagissent différemment des sulfonylurées : elles nécessitent des températures clémentes pour être efficaces mais aussi une bonne hygrométrie afin d’être bien absorbées.

 

http://www.arvalis-infos.fr/view.jspz;jsessionid=9AE311A0AA3F4E4FE326B69BEF2B4ADE.tomcat1?obj=arvarticle&id=9780&syndtype=null&hasCookie=false&hasRedirected=true

 

http://www3.syngenta.com/country/fr/fr/Varietes-et-produits/protection-des-cultures/herbicides/Pages/AXIAL-PRATIC.aspx 

 

http://www3.syngenta.com/country/fr/fr/Varietes-et-produits/protection-des-cultures/herbicides/Pages/ALKERA.aspx 

 

http://www.amaroc.ma/produits/Details-produits/Presentations-produit/Topik/Topik.pdf 

 

http://www.terre-net.fr/herbicides-2011/article/narak-antidicot-de-post-levee-a-large-spectre-2685-75042.html 

 

http://www.arvalis-infos.fr/view.jspz;jsessionid=5D628BF8A6B7A0DCC4008831CE728A12.tomcat1?obj=arvarticle&id=12668&syndtype=null&hasCookie=false&hasRedirected=true 

 

http://www.loire-atlantique.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca44/agronomie_cultures/cultures/guide_06_desherbage_cereales_bd.pdf 

 

Celio Bofix ? semis de tréfle aprés ? 

 

vip 0,4  Mextra

 

http://www.nufarm.com/FRAg/Mextra 

 

adret

 

http://webservices.bayercropscience.fr/services/produitService/produit/313/notice?codeClient=52142569 

Lire la suite

BVD questions

10 Janvier 2013 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Un porteur du virus a été découvert dans le troupeau et isolé. Est-il raisonnable de procéder à la vaccination des animaux restants ?
La présence d'un animal porteur du virus (animal infecté permanent) dans une étable, a pour conséquence immédiate que tous les autres animaux présent simultanément ont probablement déjà été "vaccinés" par le contact de cet animal porteur du virus. Cette infection naturelle entraîne, contrairement à une vaccination, une protection durant toute la vie. Une vaccination additionnelle de ces animaux en devient superflue et serait la source de dépenses inutiles. On pourra éventuellement envisager de vacciner avant leur insémination artificielle ou saillie, les animaux qui en raison de leur gestation, seront alors exposés à un risque plus élevé (au cours de l'estivage p. ex.).

http://www.bvd-info.ch/agriculteurs/infos/faq.html

 

http://www.fodsa.com/index.php/actions-sanitaires/bovins/68-le-bvd-information-sanitaire 

Lire la suite

Quel type de vache laitière pour produire du lait au pâturage

30 Août 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Pâture et complémentation

10 ha de pâturages, divisés en dix parcs

 

(pâturage tournant)

 

du foin

 

6 kg de concentré à 16% de protéines

 

Production permise, 40 l



 

 

Lire la suite

mammites subcliniques – quelles solutions?

30 Août 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Les inflammations mammaires sans symptômes extérieurs apparents,

 

ne présentant pas d’altération du lait mais un taux de cellules somatiques

 

élevé (mammites dites chroniques subcliniques) représentent toujours le

des bactéries pénètrent dans le canal du trayon

 

les bactéries environnementales vont se retrouver sur l'animal entre les traites (environnement contaminé) et profiteront de la traite pour remonter dans le canal du trayon

 

(butyriques, listeria, salmonelles, staphylocoques, escherichia coli). Origine ... peau des trayons

 

l’hygiène des trayons avant la traite

 

les butyriques : seuil d'alerte : 1 000 spores par litre

d’une première lavette humide avec du savon suivi d’un séchage à l’aide d’une lavette en papier désinfectante.

  Anti-Germ France http://www.anti-germ.fr/index.php/fr/produits/-hygiene-de-la-mamelle 

 

polyhexamethylene biguanide.

- Bactéricide à large spectre : Gram +/- (Pseudomonas, Staphylocoque Aureus, E.coli, Enterococcus Hirae, legionella, bacille tuberculeux).

 

- Fongicide : moisissures, levures, (Candida albicans, Aspergillus niger).

 

- Virucide (HIV, bactériophages, polio, PVX, virus de la vaccine, adénovirus grippal (référence H1N1)).

 

http://www.interbiobretagne.asso.fr/upload/File/Recherche/Elevage/Resultats%20_2006/expe06L4.pdf 

 

 

 

 

 

 

Des valeurs de conductivité du lait comprises entre

 

4.0 et 5.5 mS/cm (à 25 °C) sont considérées habituelles

 

chez un bovin en bonne santé. Elles peuvent

 

varier selon la région, le régime alimentaire et d’autres

 

facteurs.

 

septiflash robot: http://www.blancard.fr/forum-agricole/?g=posts&m=554849 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 



 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

VICON 2160 (kuhn)

6 Août 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Lire la suite

MX V 40

5 Août 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Lire la suite

la propreté des trayons des vaches laitières

17 Juin 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

En matière de nettoyage des trayons des vaches laitières avant la traite, une variante de la méthode des lavettes individuelles est apparue récemment sur le marché français. Elle consiste à utiliser, en remplacement des lavettes en coton, des lingettes imprégnées d’une solution nettoyante en tissu non tissé et à usage unique

 

Les résultats observés tant sur l’ensemble des mesures que sur l’échantillon sélectionné, ont permis de mettre en évidence une réduction importante des souillures et en particulier des cellules vivantes se trouvant avant la traite sur la peau des trayons pour l’une et l’autre méthode

 

L’analyse bibliographique et la connaissance des produits entrant dans la composition de la solution nettoyante qui imprègne le tissu, prouvent un effet bactéricide des lingettes imprégnées en particulier sur des germes pathogènes responsables de mammites cliniques et/ou subcliniques tels que S.aureus

 

L’utilisation des lingettes peut être une solution de remplacement pour les éleveurs désireux de s’affranchir de contraintes de travail nécessaires à l’entretien des lavettes en coton.

 

http://www.inst-elevage.asso.fr/spip.php?article351

 

http://www.charte-elevage.fr/sites/default/files/files/Mammites_Cellules_-_Tous_les_conseils_pour_lutter_efficacement.pdf 

 

les spores trouvées dans le lait proviennent uniquement d’une contamination lors de la traite 

 

http://www.scribd.com/doc/3182743/mammites 

 

http://www.gds69.asso.fr/web/gds.nsf/0/d10907e2de91b132c1256cd1003424f8/$FILE/200712gds_info.pdf 

 

http://www.vital-concept-agriculture.com/bactivit.html 

 

http://www.vital-concept-agriculture.com/media/ftech/bactivit.pdf 

Lire la suite

Foin "Obsalim"

22 Janvier 2012 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

Lire la suite

régles pour construire L.111-3

25 Novembre 2011 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

 

 

http://www.legavox.fr/blog/maitre-madoz-blanchet/contester-construction-voisin-3698.htm

 

 

Règle de réciprocité       http://www.amf15.fr/UserFiles/File/fiche_l111-3.pdf

 

2-2-3-2 Modalités d'instruction

 

 

 

1) Si l'instructeur a pu identifier la présence d'un bâtiment agricole, il faut déterminer le régime

 

applicable à ce bâtiment.

 

Si le maire a fourni les éléments nécessaires (indication de la catégorie ICPE ou RSD –

voir annexe

n°1

 

), on peut déterminer la règle d'éloignement. L'absence d'indication engage la responsabilité du

maire à la fois au titre de la réglementation d'urbanisme et de celle de la salubrité publique. En

 

l'absence d'information sur le régime applicable, le service instructeur peut consulter les services

 

agricoles compétents (DDSV, DDASS, chambre d'agriculture).

 

 

Exemple de lettre plainte au Procureur de la République

 

http://have-it.com/denonciation/pages/astuces/lettre_de_plainte.html

 

 

Règle de réciprocité

 

Sont exemptés les projets suivants :
les constructions soumises à déclaration préalable ;
la reconstruction d’un bâtiment sinistré légalement autorisé ne constitue par une « nouvelle construction » au sens de l’article L.111-3 du code de l’urbanisme (Les dispositions législatives ou réglementaires qui imposent des règles d’éloignement ne sont, dès lors, pas applicables au permis de construire autorisant ladite reconstruction (CAA Versailles, 2e ch, 15 mars 2007, n°03VE02338, EARL Franquet) ;
l’extension de construction existante à usage non agricole ;
les logements liés et nécessaires à l’exploitation (logement de l’exploitant, des salariés...) ;
les constructions liées à des activités annexes tels que gîtes ruraux, fermes auberges, campings déclarés... sous condition qu’elles soient strictement liées à l’activité agricole

 

3.2.3.2. Modalités d’instruction

1- Si l’instructeur a pu identifier la présence d’un bâtiment agricole, il faut déterminer le régime applicable à ce bâtiment :
Si le maire a fourni les éléments nécessaires (indication de la catégorie ICPE ou RSD - voir annexe n°1), on peut déterminer la règle d’éloignement.
En l’absence d’information sur le régime applicable, le service instructeur peut consulter les services agricoles compétents (DDSV, DDASS, chambre d’agriculture selon les départements).

 

 

Pour tout changement de destination d’un bâtiment agricole en une autre des destinations prévues à l’article R.123-9 du code de l’urbanisme (exemple : transformation d’une grange-étable en maison d’habitation) ou pour l’extension d’un bâtiment agricole, les parties concernées peuvent convenir de déroger aux règles d’éloignement par la création d’une servitude de droit privé grevant les immeubles concernés par la dérogation.
Il convient de déroger, sans nécessité de consulter la chambre d’agriculture, sur production de cette servitude (publiée au bureau des hypothèques ou sous seing privé).

 

Faut il une autorisation pour installer une caravane sur son terrain ?
question de : gizelle

 

Tout dépend du terrain... Si vous installez une caravane plus de trois mois sur un terrain vous appartenant, vous devrez avoir une autorisation préalable. Par contre si le terrain est celui de votre résidence, là, vous avez le droit.

Si vous avez besoin de faire une demande d'autorisation de stationnement, vous devrez le faire en deux exemplaire sur le formulaire CERFA N° 10531*01 que vous enverez en recommandé avec AR à votre maire. Le maire vous adressera sa décision dans les deux mois. Au delà, l'autorisation pour installer la caravane est réputée accordée.
L'autorisation est renouvelable tous les trois ans.

 

 

http://droit-finances.commentcamarche.net/forum/affich-4103806-chalet-sur-terrain-agricole-non-constructible

 

http://www.conso.net/galerie/files/fiches%20pratiques/1480-Mobile%20homes%20(J250).pdf

 

http://forum.doctissimo.fr/voyages/camping/dans-camping-annee-sujet_15_2.htm

 

http://www.camping-france-ouvert-annee.com/

 

http://forum.doctissimo.fr/voyages/camping/camping-toute-annee-sujet_128_1.htm

 

http://www.innovabois.fr/bois-legislation.htm     (H.L.L.) de moins de 35 m²

 

HLL exonérables

Description :
L’article R.421-2 dispense de toute formalité les HLL implantées dans un terrain de camping, un PRL autorisé et dont la SHON est inférieure ou égale à 35 m². En ne précisant pas s’il s’agit d’un terrain de camping ou PRL autorisé par un PA, les HLL implantées après le 01/10 ne sont soumises à aucune formalité pour les terrains de camping ou PRL autorisés avant le 01/10/2007. Elles seront de ce fait non taxées. Cette interprétation est-elle exacte ?
Réponse :
Les HLL de moins de 35 m2 implantées après le 01/10/2007 sur un terrain de camping ou un PRL autorisés avant le 01/10/2007 ne sont plus soumises à autorisation d’urbanisme préalable en application du nouvel article R.421-2-b du code de l’urbanisme, alors qu’avant le 1er octobre 2007 leur implantation devait faire l’objet d’une déclaration de travaux prévue par l’ancien article R.422-2-j. Le facteur d’exigibilité des taxes d’urbanisme résultant notamment de l’autorisation de construire, en application de l’article L.332-6-1-1°du code de l’urbanisme, les HLL précitées sont donc placées hors du champ d’application de ces taxes.
certificat d'urbanisme
C'est un acte administratif qui indique les règles d'urbanisme, les limitations administratives au droit de propriété et le régime des taxes et participations d'urbanisme applicables à un terrain donné ainsi que l'état des équipements publics existants ou prévus. Il est délivré gratuitement à toute personne le demandant. Avant d'acquérir un terrain, il est conseillé de demander un certificat d'urbanisme. Il vous délivre une information claire et objective sur la constructibilité et les droits et obligations attachés à un terrain. Mais il n'est pas une autorisation, il ne remplace pas le permis de construire. Toutefois, il permet de préfigurer la décision relative à la demande d'autorisation de construire.

http://www.extranet.nouveaupermisdeconstruire.gouv.fr/1-6-3-l-article-l-111-3-du-code-a1305.html

 

 

certificat d'urbanisme eaux usées

 

En l'absence d'engagement dans une programmation de travaux à court terme (3

 

ans) et de solution d'assainissement non collectif, l'autorisation sera refusée sauf pour les

 

rénovations n'aggravant pas la pollution.

 

Si l'autorisation est accordée, un arrêté de mise en demeure du Préfet devra être pris

 

conjointement au titre de la police de l’eau, de manière à conforter la réalisation effective des

 

travaux dans les délais

 

http://www.jura.pref.gouv.fr/bibliotheque/thematiques/Assainissement/3_Urbanisme.pdf

 

Certificat de Conformité (assainissement)

 

http://www.preventimmo.fr/urba/certificats-complementaires/

 

 

http://www.jegeremonimmobilier.fr/diagnostic-assainissement-obligatoire-depuis-1er-janvier-2011-264



http://www.assainissement-individuel-fr.com/informations/76/assainissement-seine-maritime.html

 

La nouvelle procédure de modification simplifiée du PLU

 

La loi du 17 février 2009 a également modifié l'article L. 123-13 du Code de l'urbanisme afin d'instaurer une nouvelle procédure de modification simplifiée du PLU.

 

Cette disposition résulte d'un amendement déposé par deux députés, Monsieur Olivier CARRE et Madame le rapporteur du texte, Laure DE LA RAUDIERE. L'objectif de cet amendement était d'étendre le dispositif transitoire visé à l'article 1er du projet de loi en le codifiant.

 

Il s'agit d'une procédure très allégée puisque l'enquête publique est remplacée par une simple période de porté à connaissance et ne nécessite qu'une délibération motivée de l'assemblée délibérante.
http://avocats.fr/space/aurelie.benech/content/_CCDE15DD-C73D-4232-8859-01A9F5B91E92

http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_methodologique_Zone_A__2_colonnes_.pdf   

 

http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/29083/procedures-elaboration-et-evolution-des-scot-plu-et-cartes-communales.php    

 

http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/22507/la-nouvelle-procedure-de-modification-simplifiee-du-plu-pos-cos-conformement-au-plan-de-relance-et-au-grenelle-de-environnement.php   

 

LA REVISION SIMPLIFIEE D’UN PLU

http://www.urbaplu.fr/files_pdf_nat/128/389.pdf

 

SNAL Evolution PLU

 

http://urbanismeamenagementfiscalite.wordpress.com/2011/01/21/reforme-de-lurbanisme-evolution-des-plu-transformation-des-pup/           

 

 

  
Lire la suite

Les bovins infectés développent une immunité contre le BVD

7 Novembre 2011 , Rédigé par jr Publié dans #suivi de la ferme

   

 

    .
De nombreux élevages infectés de BVD ne connaissent pas de pertes notables car les quelques IPI présents «vaccinent» à l'aveugle les jeunes générations avant la mise à la reproduction. Ces élevages sont donc protégés contre des pertes importantes dues au virus BVD. Les problèmes n'apparaîtront qu'éventuellement sur des IPI ou sur des générations indemnes d'IPI.

   

 

 

http://www.agri85.fr/BVD-Maladie-des-Muqueuses-fiche-ressource-numero-96.php

 

  Comment se transmet le virus BVD
Télécharger la fiche sur la transmission du virus BVD :
BVDtransmission.pdf (0,7 Mo)
..

Toutes les sécrétions et excrétions des animaux infectés contiennent du virus. Celles qui en contiennent le plus sont les sécrétions nasales et respiratoires. Elles jouent un rôle prépondérant dans la contagion entre bovins : le virus passe souvent de l’un à l’autre à l’occasion de contacts « mufle à mufle ».
.
Une vache gestante transmet le virus à son fœtus. Les conséquences sont différentes suivant l’époque de la gestation à laquelle on se trouve, comme indiqué dans le schéma ci-dessous :
.

.
La contamination du fœtus entre 40 et 120 jours de gestation environ provoque un phénomène original : A cet âge le fœtus n’est pas encore suffisamment formé pour savoir distinguer le virus de son propre corps. Or, le fait de savoir faire cette différence est la condition sine qua non pour pouvoir s’immuniser. Le fœtus qui n’en est pas capable ne peut pas développer ses propres défenses et se débarraser du virus. Si il survit, il en reste porteur et contagieux à vie. Il est devenu ce qu’on appelle un infecté permanent immunotolérant ou I.P.I.
.
Deux animaux à risque : IPI et virémique transitoire
Télécharger la fiche sur les animaux IPI et les virémiques transitoires :
BVDipietvt.pdf (1 Mo)
.
C’est ainsi que l’on désigne les deux types d’animaux capables de transmettre le virus BVD.
.
L’IPI naît IPI (un bovin ne peut pas le devenir en dehors du tout début de sa vie foetale). Il est contagieux de sa naissance à sa mort et répand de grandes quantités de virus autour de lui. On dit que c’est une « bombe à virus ». La plupart des IPI meurent avant l’âge de 2 ans d’une affection diarrhéique et ulcéreuse généralisée : la Maladie des Muqueuses (seuls les IPI font cette forme particulière de la BVD). La moitié environ sont chétifs et maladifs. Mais d’autres sont extérieurement tout à fait normaux et même capables de se reproduire. Ils donnent alors systématiquement des veaux IPI.
.
Le « virémique transitoire » ou infecté temporaire, est un bovin normal qui rencontre le virus BVD pour la première fois. La multiplication du virus dans son organisme diminue temporairement ses défenses immunitaires, ce qui favorise des infections secondaires (diarrhées des jeunes, maladies respiratoires …). S’il s’agit d’une vache pleine, elle peut perdre son veau (infécondité, avortement) ou donner un veau IPI (voir ci-dessus). Cependant, au bout de 2 semaines environ, l’organisme reprend le dessus. Le bovin s’immunise, se débarrasse du virus et cesse d’être contagieux. Il restera solidement immunisé, probablement à vie. Pendant les 2 semaines où il est contagieux, un bovin infecté temporaire répand moins de virus autour de lui qu’un IPI.
.
Comment se contamine un troupeau ?
Télécharger la fiche sur la diffusion du virus BVD dans un troupeau :
BVDdiffusion.pdf (0,4 Mo)
.
Les principales occasions de contamination d’un troupeau sont les introductions d’animaux ou les réintroductions (retour de pension, d’alpage, de comice …) et les contacts avec des bovins voisins par-dessus les clôtures. Le prêt de matériel, joue un rôle plus accessoire. Attention lorsqu’on introduit une vache gestante : le veau dont elle est porteuse peut être un IPI !
.
1ère étape
....
Arrivée d’un animal virémique dans un troupeau
..
Ce bovin virémique est soit un IPI, soit un animal infecté depuis peu et qui présente une virémie transitoire (infecté au contact d’autres animaux eux-même porteurs du virus : transport, voisinage,…).
.
Le bovin virémique diffuse du virus autour de lui et contamine les autres animaux du troupeau.
.
2ème étape
...
Les autres animaux sont infectés et reexcrètent le virus à leur tour
..
Dans le cas d’un virémie transitoire, le bovin qui a introduit le virus développe des anticorps et est dorénavant protégé vis-à-vis du virus.
.
Si une vache dans sa première moitié de gestation est infectée, le virus va également s’installer dans le fœtus. Le veau à naître sera porteur à vie du virus du BVD et incapable de développer une résistance (immunité) à l’infection. C’est ce que l’on appelle un IPI : Infecté Permanent Immunotolérant.
.
.
3ème étape
..
Le virus continue de circuler dans l’élevage
...
Tous les fœtus dont la mère est infecté par le BVD durant la gestation ne deviennent pas des IPI. Si la contamination a lieu durant la deuxième moitié de gestation, le produit lorsqu’il est viable a acquis des défenses contre le BVD.
.
Les bovins infectés développent une immunité contre le BVD et éliminent le virus. Ils sont dorénavant protégés contre les infections ultérieures.
.
.
4ème étape
.....
L’ensemble des bovins sont maintenant immunisés vis-à-vis du BVD
...
Après le passage du virus, les animaux qui sont dans de bonnes conditions d’élevage ont développé leurs défenses immunitaires vis-à-vis du BVD. Dans d’autres situations (mauvaises conditions d’ambiance, hygiène de la nurserie insuffisante, animaux affaiblis où très jeunes) on peut être confronté à de la mortalité sur les bovins les plus fragiles.
.
.


.
Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>