Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Facture impayée, plus de courant pour les vaches

28 Décembre 2009 , Rédigé par jr Publié dans #Actua Lait

Maël-Carhaix (22). Facture impayée, plus de courant pour les vaches

6 décembre 2009 - 6 réactions

Un élu s'indigne car 50 vaches laitières d'un producteur du canton de Maël-Carhaix (22) n'ont pas pu être traites ni mardi soir, ni mercredi matin. Motif: EDF avait coupé le courant pour un impayé de 388€.

Plus d'électricité pour l'exploitation agricole qui n'avait pas payé une facture de 388€ à EDF. Dans un contexte agricole difficile, le conseiller général du canton de Maël-Carhaix, Joël Le Croisier, n'a pas voulu laisser passer cette affaire dans son canton. Aux côtés du maire de la commune concernée, il est intervenu pour mettre fin à ce contentieux.

50 vaches non-traites

Cette semaine, la note d'électricité de 388€ n'ayant pas été honorée par le producteur laitier, les services d'EDF sont venus couper l'électricité d'une exploitation. Conséquence: le troupeau d'une cinquantaine de laitières n'a pu être trait, ni le mardi soir, ni le mercredi matin. Les éleveurs concernés ont trouvé une solution dans la journée pour régler la facture et, dans la soirée, le courant a été rétabli.

Pour l'élu, il fallait l'autorisation de la DSV

C'est alerté par un tiers et estimant la méthode d'EDF «trop expéditive» que le conseiller général est intervenu. Il a adressé un courrier au directeur régional d'ERDF avec copie au sous-préfet de Guingamp, dans lequel l'élu dit sa colère: «J'ai bien conscience de la fragilité économique et financière de certains exploitants agricoles, mais il apparaît que cet incident de paiement était isolé et le retard peu conséquent». Concernant une exploitation agricole, l'élu considère que ERDF «aurait dû obtenir avant toute coupure, un rapport de la Direction des services vétérinaires (DSV) l'autorisant à effectuer cette opération car il s'agit d'une question de sécurité pour les animaux de l'exploitation». Mercredi dernier, la situation a pu être rétablie car l'agriculteur a réussi, malgré ses difficultés, à régler la facture en question.

La remise en route a coûté 100€ de plus

L'élu souhaite que «la répétition de ce type de situation puisse être évitée, par la mise en oeuvre, par exemple, d'un système d'alerte et le respect des mesures existantes qui ne mettraient pas en cause tant la sécurité animale que la situation économique des exploitants». Pour eux, la remise en route de la fourniture d'électricité a occasionné une facture supplémentaire de 100 €.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article